“Vous n’aurez pas ma haine” : l’émouvant hommage du compagnon du policier tué sur les Champs-Élysées

“Vous n’aurez pas ma haine” : l’émouvant hommage du compagnon du policier tué sur les Champs-Élysées

photo de profil

Par Virginie Cresci

Publié le

Étienne Cardiles, le compagnon de Xavier Jugelé, le policier tué dans un attentat revendiqué par Daech jeudi 20 avril, s’est exprimé dans un discours poignant.

À voir aussi sur Konbini

Étienne Cardiles a commencé par raconter la douloureuse journée où Xavier Jugelé, son compagnon, a perdu la vie dans l’attentat perpétré jeudi 20 avril sur les Champs-Élysées. Engagé depuis plus six ans dans la police nationale après avoir été gendarme, Xavier Jugelé était adhérent d’une association des policiers LGBT et était parti deux fois en Grèce pour sécuriser les réfugiés.

À lire -> Qui était Xavier Jugelé, le policier tué dans l’attentat des Champs-Élysées ?

Son compagnon a pris la parole pendant sept minutes. Ému, il a raconté que Xavier Jugelé aimait travailler sur les Champs-Élysées, symboles de la France et de sa culture, qu’il protégeait. “À cet instant, à cet endroit, le pire est arrivé”, a-t-il affirmé tout en retraçant les faits. “Un de ces événements que chacun redoute, et que tous espèrent qu’il n’arrivera jamais”, a rappelé Étienne Cardiles.

“Cette haine ne te ressemble pas”

“Je suis rentré le soir sans toi, avec une douleur extrême et profonde, qui s’apaisera peut-être un jour, je l’ignore”, a poursuivi Étienne Cardiles, des sanglots dans la voix. Il a ensuite exprimé son soutien à tous les policiers, “qui souffrent comme moi silencieusement”, avant d’entonner cet émouvant passage :

“Je souffre sans haine. J’emprunte celle formule à Antoine Leiris [qui a perdu sa femme au Bataclan, ndlr], dont l’immense sagesse face à la douleur a tant fait mon admiration, que j’avais lu et relu ces lignes, il y a quelques mois. C’est une leçon de vie qui m’avait fait tant grandir, qu’elle me protège aujourd’hui. […] ‘Vous n’aurez pas ma haine.’  Cette haine, Xavier, je ne l’ai pas parce qu’elle ne te ressemble pas. Parce qu’elle ne correspond en rien à ce qui faisait battre ton cœur. Ni ce qui avait fait de toi un gendarme, puis un gardien de la paix.”

Étienne Cardiles a ensuite raconté que son compagnon était un fou de culture, et surtout de cinéma, qu’il adorait l’anglais et enchaînait les concerts. Il aimait Céline Dion, qui était “son étoile”, d’après son compagnon, mais aussi “Zazie, Britney Spears, et tant d’autres, qui faisaient vibrer [leurs] fenêtres”. “Aucune expérience culturelle ne te laissait reculer”, précise Étienne Cardiles expliquant que Xavier Jugelé voyait tous les films à leurs sorties, même “les pires”. Pour conclure ce vibrant hommage, Étienne Cardiles a résumé l’existence de son compagnon : “Une vie de joies et d’immenses sourires, où l’amour et la tolérance régnaient en maîtres incontestés.”