Les Uruguayens peuvent maintenant choper de la weed à la pharmacie

Les Uruguayens peuvent maintenant choper de la weed à la pharmacie

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

“Bonjour, je voudrais trois suppos à la glycérine, un sirop pour la toux et 20 eu. de beuh, s’il vous plaît.”

À voir aussi sur Konbini

Depuis l’adoption en 2013 de la loi 19.172 dans le but de lutter contre les narcotrafiquants, la culture à domicile pour consommation personnelle, les plantations de “clubs cannabiques” ainsi que l’achat en pharmacie sont autorisés en Uruguay, devenu ainsi le premier pays au monde à légaliser le cannabis pour un usage récréatif. Les deux premiers volets ont été mis en application, ne manquait plus que la vente en pharmacie, repoussée à plusieurs reprises. Et c’est officiel, depuis le 19 juillet, les premières productions de cannabis réalisées sous contrôle de l’État ont été mises en vente.

Il faut cependant au préalable être inscrit sur l’un des registres de consommateurs tenus par l’administration, qui ont été ouverts dès le mois de mai dernier. Seulement seize officines dans le pays proposent de la marijuana pour l’instant car Montevideo n’est pas parvenu à conclure un accord avec les grandes chaînes de pharmacies du pays.

Le prix a été fixé à 1,16 euros le gramme (soit un prix inférieur à celui du marché noir) et un seuil maximum de 10 grammes par personne et par semaine a été établi, selon Le Monde. Enfin, comme le rappelle Ouest France, un avertissement est inscrit sur l’emballage ainsi que des recommandations d’usage, en sus du pourcentage de tétrahydrocannabinol (le fameux THC, le principe actif le plus important de la marijuana) que contient le matos vendu.

À lire -> À Las Vegas, il est désormais possible de fumer de la weed en toute légalité