AccueilArchive

Titeuf accusé par un candidat à l’élection brésilienne de faire de la “propagande gay”

Titeuf accusé par un candidat à l’élection brésilienne de faire de la “propagande gay”

Par Astrid Van Laer

Publié le

Image :

© Capture d’écran LCI

C’est pô vrai.

À voir aussi sur Konbini

Les Brésiliens doivent désigner leur futur président de la République les 7 et 28 octobre prochains. En deuxième position dans les sondages avec 13 % d’intentions de vote, un certain Jair Bolsonaro, ancien militaire devenu député apparenté à l’extrême droite.

Connu pour ses prises de position très controversées, il est surnommé le “Donald Trump brésilien”. Rien d’étonnant donc lorsque, interviewé à la télévision mardi 28 août, il est arrivé avec une bande dessinée sous le bras, accompagné d’un étrange discours.

La séquence, repérée par le journaliste de LCI, Benjamin Cruard, vaut le détour. Après avoir demandé aux téléspectateurs devant leur poste de faire “sort[ir leurs] enfants de la pièce s’il vous plaît[…] afin qu’ils ne voient pas ce livre”, il a dévoilé un exemplaire de… Titeuf.

Selon Jair Bolsonaro, la version brésilienne de l’album de bande dessinée Titeuf, le guide du zizi sexuel de Zep et Hélène Bruller, parue en France en 2011, ferait partie d’un “kit gay” mis à disposition des enfants dans les écoles par le ministère brésilien de l’Éducation nationale pour faire de la propagande homosexuelle.

L’information a rapidement été démentie. Mais le candidat semble avoir une véritable obsession pour Titeuf. En 2016 déjà, il avait dédié au personnage à la mèche blonde une vidéo YouTube, l’accusant d’être une “porte ouverte à la pédophilie”.

“C’est plutôt rassurant d’être détesté par un type pareil”

À son sujet, le site The Intercept a déclaré : “Chaque pays a son lot de bigots et de crétins haineux parmi ses élus – et les États-Unis en ont eu plus que de raison – mais Bolsonaro est une honte nationale unique en son genre.”

“Au secours”, a rapidement déclaré Zep, le dessinateur papa de Titeuf sur Instagram. Il s’est également exprimé dans la version belge de Paris Match, en ironisant : “Je ne suis jamais allé au Brésil, mais s’il devient président, je ne pense pas qu’on m’invitera pour des dédicaces.”

Et d’ajouter : “C’est plutôt rassurant d’être détesté par un type pareil.” Et pour cause, Bolsonaro a déjà déclaré qu’il préférait que son “fils meure dans un accident de voiture plutôt qu’il soit homosexuel “, justifiant : “Pour moi, il serait de toute façon mort. Si un couple homosexuel vient s’installer à côté de chez moi, ils vont faire baisser le prix de l’immobilier.”

Il y a quelques mois, Zep s’était prêté à l’exercice du Papier Crayon, répondant en dessin à diverses questions sur son personnage mythique et sa carrière de dessinateur :