Scandale d’agressions sexuelles : le prix Nobel de littérature reporté d’un an

Scandale d’agressions sexuelles : le prix Nobel de littérature reporté d’un an

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

Graal des romanciers, poètes et dramaturges depuis plus d’un siècle, le prix Nobel de littérature ne sera pas décerné cette année à cause d’un scandale qui a fait imploser l’Académie suédoise.

À voir aussi sur Konbini

Pour la première fois depuis 1949, le prix Nobel de littérature va être reporté : le nom du lauréat de 2018 de littérature sera dévoilé en même temps que celui de 2019, a fait savoir vendredi 4 mai l’Académie suédoise dans un communiqué. Son secrétaire par intérim, Anders Olsson, a expliqué que les académiciens devaient engager “un travail de réforme long et énergique” :

“Nous jugeons indispensable de nous donner du temps pour restaurer la confiance avant la désignation du prochain lauréat. Et ce par respect tant pour les lauréats passés que pour les lauréats à venir.”

Créée en 1786 sur le modèle de l’Académie française, l’académie est prise dans la tourmente depuis les révélations du mouvement #MeToo qui l’ont éclaboussée fin 2017 et s’est depuis déchirée sur la façon de traiter l’affaire.

Ces dernières semaines, six des 18 sages, dont la secrétaire perpétuelle en exercice Sara Danius – qualifiée de “pire” secrétaire depuis 1786 par l’un des membres –, ont annoncé abandonner leur fauteuil. Deux membres ne participaient déjà plus depuis longtemps à ses travaux, réduisant à dix le nombre d’académiciens actifs. Or selon les statuts de l’académie, au moins 12 membres actifs sur les 18 fauteuils sont nécessaires pour choisir un nouveau membre.

Un Français au cœur du scandale

Les raisons de la colère ? Les témoignages de 18 femmes publiés dans le quotidien de référence Dagens Nyheter en novembre, en pleine campagne #MeToo, qui affirment avoir subi des violences ou des faits de harcèlement sexuel d’un Français, Jean-Claude Arnault, marié à l’académicienne Katarina Frostenson, en retrait depuis.

L’académie a immédiatement rompu tout lien avec M. Arnault et son centre culturel, Forum, couru de l’intelligentsia stockholmoise, qui a lui aussi dû mettre la clé sous la porte à la suite du scandale. Le parquet criminel de Stockholm a annoncé mi-mars qu’une partie de l’enquête préliminaire ouverte contre lui avait été classée sans suite pour cause de prescription ou faute de preuves. Il s’agit de viols et d’autres agressions présumés commis en 2013 et 2015. Les faits non classés n’ont pas été révélés.

Par la voix de son avocat, interrogé par l’AFP, Jean-Claude Arnault se dit innocent. L’institution est également au cœur d’un conflit d’intérêt. Une enquête financière a été ouverte, liée au versement de généreux subsides au centre Forum, dont M. Arnault et son épouse étaient copropriétaires.

Avant l’édition 2018, l’attribution de la plus haute distinction littéraire au monde avait été reportée cinq fois depuis sa création en 1901. La dernière fois que la prestigieuse institution a été secouée par une vague de démissions, c’était en 1989 : trois membres avaient décidé de laisser leur siège vide, furieux qu’elle ne soutienne pas publiquement le Britannique Salman Rushdie, condamné à mort par l’imam Khomeiny pour ses Versets sataniques. Elle avait fini par dénoncer la fatwa 27 ans plus tard.

Konbini avec AFP