AccueilArchive

Oui, les jeunes d’aujourd’hui sont plus religieux que leurs parents

Publié le

par Théo Chapuis

Oui, les jeunes d’aujourd’hui sont plus religieux que leurs parents

Nous voyons que le nombre total de personnes qui se considèrent comme religieuses est en réalité relativement élevé. De plus, avec la tendance d’une jeunesse de plus en plus croyante globalement, nous pouvons supposer que le nombre de personnes qui se considèrent comme étant religieuses va continuer à augmenter.

Or, si ces statistiques sont globales, on peut toujours les décrypter pays par pays. On constate que l’Océanie et l’Europe de l’ouest sont les régions du globe les moins dévotes, avec respectivement 44% et 43% d’athées déclarés.
Sur un échantillon représentatif de 1000 personnes interrogées, 40% de Français se disent croyants, 35% non-croyants, 18% d’athées et 7% d’indécis. Par rapport à ses voisins, la nation de Jeanne d’Arc fait office de terre sacrée : l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suisse et même l’Espagne compteraient moins d’individus touchés par la foi.

Les jeunes Français plus religieux que leurs aînés

Aussi, penchons-nous sur la spiritualité des jeunes en France. Si le sondage WIN/Gallup ne le dit pas, une étude CSA-Le Jour du Seigneur d’avril 2012 relayée par Le Figaro confirme la tendance. Le crépuscule des idoles n’aura pas lieu :

À voir aussi sur Konbini

Quand on demande à des jeunes de 25 à 34 ans s’ils s’intéressent “souvent” à la religion, 22 % répondent positivement alors que leurs aînés sont en retrait. Même regain d’intérêt chez les moins de 25 ans quant à leur curiosité pour la “spiritualité”.

Quant à la transmission religieuse d’une génération à l’autre, selon ce sondage commandé par l’émission religieuse du service public, “chez les juifs et musulmans, elle se fait à 100 %, sauf accident. […] De l’ordre de 50 % chez les protestants. De l’ordre de 40 % chez les catholiques. Ce qui augure une baisse du nombre de catholiques. Seulement 37 % des jeunes Français de 15-17 ans se disent aujourd’hui catholiques”.

Moins de cathos, plus de musulmans

Une baisse des catholiques ? Oui, mais de plus en plus de musulmans. En novembre 2012, Le Monde publiait un “recoupement d’études récentes” et en dégageait ce titre : “En France, des jeunes de plus en plus fidèles à l’Islam”. Et pour cause : l’“affirmation musulmane” se “généralise” chez les jeunes Français de 18-25 ans “issus de l’immigration du Maghreb, du Sahel et de Turquie”, qui sont 90% à respecter les prescriptions alimentaires et le jeûne du ramadan.
Il faut ajouter que la “présence régulière à la prière” atteint 30% chez les 21-25 ans, alors qu’elle s’élève à moins de 20% chez les plus de 40 ans. L’article note également que “l’importance accordée à l’éducation religieuse” augmente chez les 21-25 ans, “plus encore chez ceux nés ou arrivés jeunes en France”.

En Europe, cependant, certains pays sont bien plus dévots : comme en Italie (74% de croyants), en Roumanie (77%), au Kosovo (83%), en Pologne (86%) ou en Macédoine (88%) par exemple. Selon les conclusions du rapport WIN/Gallup, l’Afrique et le Moyen-Orient sont les contrées jugées les plus touchées par la grâce de Dieu.
Or, si l’Europe est presque intégralement couverte par le sondage, seuls 5 pays d’Afrique (Maroc, Algérie, Nigeria, Kenya, Afrique du Sud) et 3 pays du Moyen-Orient (Israël, l’Autorité Palestinienne et le Liban) sont interrogés. On peut alors se poser la question de la certitude des conclusions tirées de si peu de la surface de ces continents.

Pourtant, selon les données de l’association en recherche marketing, le pays le plus religieux du globe resterait la Thaïlande : 94% de la population du pays très majoritairement bouddhiste se sont déclarés croyants, avec seulement 1% d’athées. Son exact opposé serait la Chine, avec 7% de croyants et 61% d’athées convaincus.

Éducation et différences de revenus