Présidentielle : les meilleures et les pires punchlines du grand débat

Présidentielle : les meilleures et les pires punchlines du grand débat

photo de profil

Par Virginie Cresci

Publié le

Lundi 20 mars, TF1 a réuni 9,7 millions de téléspectateurs, soit 47,9 % de part d’audience pour le grand débat des cinq principaux candidats à l’élection présidentielle. Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Marine Le Pen, François Fillon ou Jean-Luc Mélenchon, qui a balancé la meilleure punchline ?

À voir aussi sur Konbini

  • Benoît Hamon à Marine Le Pen qui parle d’insécurité et propose de supprimer les aides sociales aux parents de mineurs récidivistes :

“Je me disais : que vous soyez une droguée aux pages faits divers, c’est une chose, mais vous êtes candidate à la présidence de la République. Et je trouve que ce n’est pas très sérieux.”

  • Jean-Luc Mélenchon à l’adresse de Benoît Hamon et Emmanuel Macron après leur échange houleux concernant les lobbys et conflits d’intérêts :

“Il faut bien qu’il y ait un débat au PS !”

Chargement du twitt...

  • Emmanuel Macron à Marine Le Pen, en réponse à son attaque sur le burkini :

“Mme Le Pen, vous serez gentille, je ne vous fais pas parler, je n’ai pas besoin d’un ventriloque.”

  • Jean-Luc Mélenchon après une question sur de Gilles Bouleau sur les affaires judiciaires qui concernent“certains” et tandis que François Fillon peinait à expliquer comment il allait s’y prendre pour moraliser la vie politique sans parler de sa mise en examen :

“J’ai admiré vos pudeurs de gazelles!”

“Ici, il n’y a que deux personnes qui sont concernées : M. Fillon et Mme Le Pen”, a-t-il ajouté. “Un jour, ça pourrait venir”, s’aventura alors Marine Le Pen, ce à quoi Jean-Luc Mélenchon lui rétorqua : “Les trois autres, nous n’avons rien à voir avec tout ça, alors s’il vous plaît ne nous mettez pas dans le même sac.”

  • Benoît Hamon à François Fillon alors que le débat tourne autour des finances publiques :

“Vous, c’est 500 000 fonctionnaires en moins. Vous êtes fort en soustraction, un peu moins en addition quand il s’agit de votre propre argent !”

Chargement du twitt...

  • Marine Le Pen surtout à l’intention d’Emmanuel Macron :

“Quelque chose me choque : le pantouflage, on est formé dans les grandes écoles de la République pour devenir fonctionnaire, on devient banquier puis on redevient politique.”

  • François Fillon à Marine Le Pen au sujet de sa proposition concernant les retraites :

“Le programme de Le Pen, c’est le programme de la gauche en 1981.”

  • Marine Le Pen à Emmanuel Macron, qui vient d’évoquer les questions internationales et le terrorisme :

“Vous avez un talent fou, vous arrivez à parler sept minutes, je suis incapable de résumer votre pensée, vous n’avez rien dit.”

Chargement du twitt...

  • François Fillon qui se clashe tout seul en plein débat sur le travail (pas sur les emplois fictifs de sa femme et ses enfants) :

“Pourquoi tout le monde doit travailler 35 heures ?”