Jean-Luc Mélenchon ne valide pas le score et refuse de s’exprimer

Jean-Luc Mélenchon ne valide pas le score et refuse de s’exprimer

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

En quatrième position derrière François Fillon, le candidat de la France insoumise a indiqué qu’il ne validait pas pour l’instant les résultats du premier tour de l’élection présidentielle.

À voir aussi sur Konbini

Jean-Luc Mélenchon serait, selon les premiers chiffres diffusés, le quatrième homme du premier tour de cette élection présidentielle, avec 19,2 % des voix. Mais, selon le leader de la France insoumise, les estimations ne permettent pas à l’heure actuelle, en raison des marges d’erreur, de confirmer les scores obtenus.

Lors de son passage sur CNews, le porte-parole du Parti de gauche, Éric Coquerel, a abondé dans le sens de Jean-Luc Mélenchon, déclarant qu’il fallait attendre “d’être sûrs” avant de s’exprimer :

Chargement du twitt...

Éric Coquerel a poursuivi en expliquant que le parti laissait aux sympathisants de la France insoumise le choix du vote concernant le second tour :

Chargement du twitt...

Jean-Luc Mélenchon s’est ensuite exprimé depuis son QG, affirmant que les résultats parus à 20 heures n’étaient pas forcément ceux qui seront ensuite officialisés à minuit :

“Le résultat annoncé depuis le début de la soirée n’est pas celui que nous espérions. En toute hypothèse, ce ne sera pas celui qui a été annoncé qui sera le bon. En effet, le ministère de l’Intérieur a réservé sa déclaration jusqu’à ce soir minuit. Bien sûr, d’ici là, ‘médiacrates’ et oligarques jubilent. Rien n’est si beau pour eux qu’un second tour entre deux candidats qui approuvent et veulent prolonger les institutions actuelles, n’expriment aucune prise de conscience écologique, et qui – les deux – comptent s’en prendre une fois de plus aux acquis sociaux les plus élémentaires du pays.”

Aussi, il n’a lancé aucun appel : pas de soutien à Emmanuel Macron ni de vote anti-extrême droite, soulignant ainsi :

“Quoi qu’il en soit, lorsque les résultats officiels seront connus, nous les respecterons. Je ne saurais dire ni faire davantage à cette heure. Chacune, chacun d’entre vous sait en conscience quel est son devoir. Dès lors, je m’y range.Je n’ai reçu aucun mandat des 450 000 personnes qui ont décidé de présenter ma candidature pour m’exprimer à leur place sur la suite. Elles seront donc appelées à se présenter sur la plateforme et le résultat de leur expression sera rendu public.”
Et de conclure :
“Mon beau pays, ma belle patrie, et vous tous les gens, nous pouvons être fiers de ce que nous avons entrepris et réalisé. Nous sommes une force consciente et enthousiaste. Je vous appelle à rester groupés, à rester en mouvement, et à être un mouvement, car les défis que nous avons nommés sans en cacher aucun ni aucune des difficultés qu’il soulèvent pour les régler, ces défis restent à relever, et ceux qui prétendent aujourd’hui à l’honneur de nous représenter ont fait la démonstration qu’ils étaient incapables de les penser.
L’heure reste celle des caractères et de la conscience. Vous tous les gens, patrie bien-aimée, vous êtes un matin tout neuf qui commence à percer. Fidélité à la devise de la République, liberté, égalité, fraternité. Vive la République, vive la France”.