AccueilArchive

Titanic et Friends sauveront-ils la Corée du Nord ?

Titanic et Friends sauveront-ils la Corée du Nord ?

avatar

Par Anaïs Chatellier

Publié le

Kang Chol-hwan, l’homme qui envoie des clés USB en Corée du Nord

À voir aussi sur Konbini

Desperate Housewives, Friends ou encore Titanic

Aujourd’hui, son organisation est devenue l’un des plus grands mouvements qui font de la contrebande régulière de données en Corée du Nord, nous explique The Wired. Avec 15 membres du personnel payés, il compte bien réaliser son objectif : renverser le gouvernement nord-coréen. Et pour cela pas besoin de drones ni d’armes à feu, mais d’une bonne dose de culture pour ouvrir les habitants de son pays d’origine aux conditions de vie à l’étranger.

Il compare d’ailleurs les clés USB qu’il fournit à la “pilule rouge” proposée par Morpheus dans Matrix qui permet de “découvrir la vérité”. Car pour lui, si le régime de Kim Jong-un est encore en place, c’est parce que la grande majorité des habitants croient en son idéologie. Si elle est mise à mal, cela pourrait permettre de soulever les masses. Il explique ainsi au journaliste de The Wired :

Quand les Nord-Coréens regardent Desperate Housewives, ils voient que les Américains ne sont pas tous des impérialistes amoureux de la guerre. Ils voient le loisir, la liberté. Ils réalisent que ce n’est pas l’ennemi, que c’est ce qu’ils veulent pour eux-mêmes. Cela contredit tout ce qui leur a été inculqué. Et quand cela se produit, une révolution dans les esprits peut commencer.

Kim Heung-kwang, du policier à l’exilé

Afin de nous éclairer sur la répression gouvernementale, le journaliste a également interviewé Kim Heung-kwang. Son témoignage est en effet intéressant puisque d’informaticien, il est devenu policier chargé de trouver la contrebande digitale chez les personnes. À cette époque, il était fier d’envoyer ces “criminels” pendant quelques semaines dans des camps de redressement, persuadé du bienfondé de sa mission. Mais à force d’accumuler les DVD et de ebooks interdits, la tentation est trop forte et il se met à lire et à regarder les contenus confisqués.
Balancé par un de ses collègues, il est alors arrêté, torturé et envoyé à son tour dans un camp de rééducation. Après un an, il fuit son pays et décide de créer l’association North Korea Intellectuals Solidarity en Corée du Sud, qui envoie également des contenus illégaux de l’autre côté de la frontière ainsi que de courts documentaires éducatifs réalisés par ses soins.
Tous espèrent ainsi provoquer un soulèvement populaire, un “printemps arabe version nord-coréenne”. “En ce moment, peut-être 30 % de la population en Corée du Nord connaît le monde extérieur. Si on atteint 50%, cela représente assez de personnes pour commencer à faire des demandes, pour commencer à faire des changements“, confie Kang Chol-hwan à The Wired. Selon lui, il ne s’agit que d’une question de temps et il estime que la chute du gouvernement devrait avoir lieu d’ici une dizaine d’années.