Plusieurs villes américaines sont toujours privées d’eau potable à cause d’une pollution au plomb

Plusieurs villes américaines sont toujours privées d’eau potable à cause d’une pollution au plomb

photo de profil

Par Evan Glazman

Publié le

Les États-Unis sont touchés par une crise de contamination au plomb qui prive des milliers de personnes d’eau potable.

À voir aussi sur Konbini

En janvier dernier, le taux de contamination en plomb de la ville de Flint, dans le Michigan, à une heure de route de Détroit, avait forcé Barack Obama à décréter l’état d’urgence. La situation critique pour cette ville, dont 41 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, cache cependant un problème qui ne s’arrête pas à Flint. Des zones urbaines entières, habitées principalement par des familles noires et pauvres, sont desservies en eau par des infrastructures vétustes qui se décomposent à vitesse grand V.

Le 31 août, la ville d’East Chicago a annoncé que 1 000 personnes, dont 700 enfants, vont devoir évacuer leur habitation, à cause de la concentration trop élevée de plomb dans le sol sur lequel ont été construit les zones résidentielles. Beaucoup de ces enfants ont été diagnostiqués avec des problèmes de développement irréversibles causés par le plomb.

Les citoyens se mobilisent

Cinq kilomètres plus au nord, à Chicago, plus d’un tiers des équipements de distribution d’eau potable présentent des taux élevés de traces de plomb. En juin, le Guardian révélait qu’au moins 33 villes américaines dont Boston, Philadelphie, New York et Miami ont falsifié leurs rapports municipaux sur les niveaux de plomb.

Des citoyens, dont des célébrités, ont décidé d’envoyer des bouteilles d’eau aux zones affectées, où les habitants dépendent maintenant de livraisons d’eau potable par des associations pour leur vie quotidienne. Le fond du problème, lui, n’a pas encore été abordé officiellement par les autorités.

En avril dernier, le génial John Oliver revenait en détail sur la question dans son émission sur HBO, Last Week Tonight with John Oliver.

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet