AccueilArchive

Pourquoi les États-Unis ont une journée nationale de la bière

Pourquoi les États-Unis ont une journée nationale de la bière

Publié le

Treize ans de sobriété, ça se fête

À voir aussi sur Konbini

Non, le National Beer Day n’est pas (uniquement) une bonne occasion pour les buveurs de Bud d’augmenter sensiblement leur consommation journalière et, pour les distributeurs, de proposer des nouveaux produits et offres promotionnelles, mais bel et bien une tradition ancrée depuis 1933 par… Roosevelt lui-même. Car le 22 mars de cette année, le président américain signait le Cullen-Harrison Act, qui mettait officiellement fin à treize interminables années de Prohibition.
Le 6 avril, des files d’attentes de clients assoiffés se formaient devant les tavernes. À minuit, la production, la distribution et la vente de bière (à moins de 4% d’alcool) et de certains vins redevenaient légales, bien que la véritable fin de la Prohibition n’intervienne que quelques mois plus tard (pourtant, aucune trace d’une quelconque fête des liqueurs, potentiellement dévastatrice).

Le retour de la bière artisanale

Bloqué au stade de tradition informelle pendant des décennies, perdu au milieu des nombreuses autres fêtes de la biture, le National Beer Day renaît en 2003, lorsque la Brewer’s Association, qui vise à promouvoir la bière artisanale américaine, commence à militer pour que la journée soit déclarée fériée – probablement inspirée par l’Islande, qui fête la fin de sa Prohibition le 1er mars.
Depuis, avec l’envol des réseaux sociaux, le National Beer Day gagne chaque année en popularité, dans un pays où la bière est la boisson alcoolisée la plus consommée avec environ 75 litres par an et par personne, soit un peu moins d’un demi par jour, ce qui les place au 14ème rang des pays consommateurs (pour information, la France se classe 41eme, avec environ 30 litres par an et par personne).
Et cet engouement pour le National Beer Day coïncide avec un changement dans les habitudes de consommation des Américains, de plus en plus nombreux à délaisser la roteuse vendue par packs de trente au profit d’une bière aux doux accents de nostalgie : la bière artisanale. Jusqu’alors pré carré des hipsters de tous bords, la bière de microbrasserie gagne de plus en plus en popularité, avec plus de 3400 brasseurs répartis sur le territoire, un niveau jamais atteint depuis… 1875, selon les chiffres de la Brewer’s Association.
Avec une augmentation de près de 20% du nombre d’établissements pour la seule année 2014, les brasseurs indépendants commencent à sérieusement inquiéter les géants de la boisson, qui tentent de garder leur mainmise sur un marché qui comptait plus de 100 milliards de dollars en 2014. Si la tendance se maintient, ils devraient encore être plus nombreux l’année prochaine. Cheers !