AccueilArchive

Le mystère de l’œil qui a changé de couleur

Publié le

par Arthur Cios

Le mystère de l’œil qui a changé de couleur
Ian Crozier, médecin et ancien porteur du virus d’Ebola, a été victime deux mois après sa guérison d’une nouvelle infection, à l’œil gauche. Et parmi les multiples symptômes, la changement de couleur de sa rétine, passant du bleu au vert. Un syndrome mystérieux.

Du bleu au vert, du vert au bleu

Une étude a montré qu’il était assez courant d’avoir des douleurs aux yeux une fois atteint par Ebola, de l’inflammation de l’uvée (appelée uvéite) à la perte partielle de la vue. Le Dr. John Fankhausseur, directeur médical de l’hôpital ELWA à Monrovia, au Liberia, estime que 40% des survivants auraient eu ce type de douleurs. Mais ce symptôme de changement de couleur de la rétine, déjà initialement rare, est une première. D’autant plus qu’après plusieurs mois de lutte, et alors que les symptômes ont à nouveau progressivement disparu, l’œil gauche de Dr. Crozier est redevenu bleu. Un phénomène que personne n’arrive encore à expliquer.
Interrogés par le New York Times, de nombreux spécialistes s’expriment sur le mystère que cache ce changement. La plupart du temps, lorsque l’iris en change, c’est que les cellules colorantes sont abimées par un virus, voire tuées, et de fait, il s’agit d’un changement permanent. Cela étant dit, le fait que l’infection à l’œil ait disparu est une grande avancée. Le New York Times, encore une fois, raconte dans un autre long papier toutes les étapes par lesquelles est passée l’équipe de médecins en charge du cas Crozier. Ce dernier est d’ailleurs retourné au Liberia le 9 avril afin d’essayer ce traitement.

Ian Crozier, l’un des trois Américains contaminé

Il faut dire que Ian Crozier est un homme de conviction. Né à Masvingo, dans l’actuel Zimbabwe, il a immigré aux Etats-Unis avec sa famille alors qu’il a 10 ans. Diplômé de l’université de Vanderbilt, à Nashville, il se spécialise dans les maladies infectieuses. Une fois son internat terminé, il décide de retourner en Afrique, et part en Ouganda pour aider à traiter le sida, avant de former les médecins de l’Institut des maladies infectieuses de Kampala.
Il a été l’un des premiers volontaires à signer chez l’OMS pour se rendre à Kenema, troisième plus grande ville de la Sierra Leone, et principal foyer du virus Ebola. Malheureusement, moins de deux mois après son arrivée, il est atteint du virus, et doit retourner sur le territoire américain. Il est par ailleurs le troisième Américain à attraper le virus, et décide de rester anonyme jusqu’à son entier rétablissement. En décembre dernier, le New York Times lui accordait un long portrait passionnant.

À voir aussi sur Konbini :