Marlène Schiappa rappelle à Hanouna les peines encourues pour homophobie et agressions sexuelles

Marlène Schiappa rappelle à Hanouna les peines encourues pour homophobie et agressions sexuelles

photo de profil

Par Virginie Cresci

Publié le

À voir aussi sur Konbini

Vêtu d’un costume choisi avec soin par ses fanzouzes, Cyril Hanouna s’est donc rendu au rendez-vous mercredi 31 mai en compagnie de son équipe de production. Dans un long entretien donné à TéléObs, Marlène Schiappa revient sur leur rencontre, qu’elle peine à qualifier de “convocation”. Expliquant qu’elle n’a pas le pouvoir de sanctionner directement l’animateur, la secrétaire d’État a pris des pincettes pour parler à Baba, en prenant soin de préciser qu’elle “respect[ait] son travail”, tout en lui glissant entre les mains le rapport 2017 de SOS Homophobie. Cyril Hanouna pourrait ainsi “avoir des retours sur ce qu’est réellement l’homophobie dans la vie quotidienne”.

Cinq ans et 75 000 euros pour un baiser forcé, six mois et 22 500 euros pour des injures

Encore faudrait-il que Baba prenne le temps de le lire… Mais surtout, la secrétaire d’État a mentionné à Cyril Hanouna les peines encourues pour homophobie et agressions sexuelles. “Je lui ai surtout remis un texte de rappel à la loi”, raconte-t-elle, avant de lui lire à haute voix les condamnations auxquelles il s’expose :

“Je lui ai rappelé par exemple que pour un baiser forcé, c’est cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende – il avait l’air de le découvrir. Je lui ai dit que la masturbation en public, c’est un an d’emprisonnement, 15 000 euros d’amende. Des injures, six mois d’emprisonnement et 22 500 euros d’amende. Enfin, que les sifflements et autres commentaires sexistes étaient inacceptables et que l’on travaillait à une verbalisation de ces actes.”

Insistant sur la loi, elle lui a aussi cité les articles 222-27 et 222-30 du Code pénal qui concernent les agressions sexuelles, lui rappelant aussi qu’être sous l’emprise de l’alcool ne constitue pas une circonstance atténuante, mais aggravante. Marlène Schiappa faisait ici référence aux propos tenus par l’équipe de TPMP la veille, minimisant l’agression commise par le tennisman Maxime Hamon sur la journaliste Maly Thomas“La peine est augmentée de sept à dix ans”, a-t-elle insisté, tentant comme elle pouvait de se faire entendre par celui qui n’en fait qu’à sa tête.

“Je prends le pari que Cyril Hanouna et ses équipes sont dotés d’intelligence”

Marlène Schiappa dit avoir senti Baba “à l’écoute”, alors qu’elle lui rappelait sa responsabilité publique “en tant que leader d’opinion suivi par quelque 1,4 million de personnes”. La secrétaire d’État lui a également remis des infographies sur les peines encourues pour chaque agression sexuelle, infographies qu’elle a proposé à Cyril Hanouna d’afficher dans son émission. Elle a en outre rappelé à l’animateur que “son rôle devait être aussi d’avertir ses auditeurs vis-à-vis de la culture du viol”. Et comme celui-ci ne semblait pas être très au point sur le sujet, elle lui a remis “un dossier sur cette notion”.
Expliquant que seul le CSA pouvait prendre des sanctions, Marlène Schiappa a expliqué avoir tenté de faire preuve de “pédagogie” envers Cyril Hanouna et son équipe. “Je ne sais pas si c’est naïf”, répond-elle à la journaliste qui lui suggère qu’Hanouna ne changera pas sa façon de provoquer ses auditeurs, “mais je prends le pari que Cyril Hanouna et ses équipes sont dotés d’intelligence”. On laisse donc carte blanche à Baba pour nous montrer à l’écran la preuve de son incroyable intelligence.

À lire -> Un rapport assassin dénonce l’homophobie obsessionnelle de TPMP