Législatives : 36 % des députés ne brigueraient pas un nouveau mandat

Législatives : 36 % des députés ne brigueraient pas un nouveau mandat

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

La loi sur le non-cumul des mandats a impulsé un nouveau souffle

Les raisons évoquées sont multiples. Elles peuvent être d’ordre personnel, motivées par un besoin de renouvellement de la classe politique française ou par la déception provoquée par leur expérience. Mais souvent, la loi sur le non-cumul des mandats, entrée en vigueur le 31 mars, semble jouer un grand rôle dans cette décision. En effet, cette dernière est composée de deux textes qui “interdisent le cumul de l’exercice d’un mandat parlementaire national ou européen avec l’exercice de fonctions de direction ou de codirection au sein des collectivités territoriales et des établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre, en métropole et en outre-mer”.
Selon LCI, cette loi touche 240 des députés forcés de choisir. Il semblerait que nombre d’entre eux aient décidé de privilégier leur mandat local plutôt que la députation. C’est le cas du Républicain Patrick Balkany, champion du cumul des mandats, qui a dû privilégier sa mairie de Levallois-Perret aux rangs de l’Assemblée.

À voir aussi sur Konbini

À lire -> Vidéo : le Speech d’Allons enfants, le plus jeune des partis politiques