Le Pen appelle les électeurs de Mélenchon à “faire barrage” à Macron

Le Pen appelle les électeurs de Mélenchon à “faire barrage” à Macron

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

Vendredi 28 avril, la candidate du Front national a posté une vidéo adressée aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon, les appelant à “faire barrage” au candidat d’En Marche !.

À voir aussi sur Konbini

Après sa défaite au premier tour de l’élection présidentielle, le leader de la France Insoumise n’a pas donné de consigne de vote explicite. Si cela ne voulait pas sous-entendre qu’il n’était pas contre un vote Front national, cela a laissé une brèche pour Marine Le Pen, dans laquelle elle s’est immédiatement engouffrée. Vendredi 28 avril, elle s’est directement adressée à ses électeurs, avec un message clair.

D’entrée de jeu, elle ne cache pas sa motivation : “le 23 avril, sept millions d’entre vous ont voté pour le candidat de la France Insoumise et je voudrais leur adresser un message.” Elle commence par reconnaître les différends qui l’opposent à Jean-Luc Mélenchon, avant d’entamer une phase de flagornerie :

“Qu’on ne s’y méprenne pas, le candidat des Insoumis et moi-même avons des relations politiques pour le moins sportives et des désaccords sur des sujets de fond, mais je considère comme beaucoup que Jean-Luc Mélenchon a mené une campagne du premier tour qui était une campagne respectable.

Respectable parce qu’à la différence de la campagne qu’il avait menée en 2012, celle de 2017 a été plus apaisée et plus positive. Il ne s’agissait plus comme à l’époque de s’en prendre aux patriotes, mais au contraire de s’adresser à la nation et de viser son unité.”

Après avoir salué les “drapeaux bleu blanc rouge” qui ont remplacé les drapeaux rouges communistes dans les meetings des insoumis ainsi que les Marseillaise entonnées par les militants durant les meetings de Jean-Luc Mélenchon et critiqué le programme d’Emmanuel Macron qui “ne représente pas le changement, il est la continuité, voir l’aggravation du quinquennat de François Hollande”, elle appelle donc à faire barrage à Emmanuel Macron, car selon elle, “son projet est aux antipodes de celui qu’ils ont soutenu durant la campagne de premier tour”. Enfin, elle les drague franchement et complètement, les invitant à oublier les vieilles rancunes :

“Mettons les querelles et les divergences de côté, nous aurons l’occasion après les élections de reprendre les discussions sur les sujets de fond. Mais combattons aujourd’hui sur ce point crucial, il n’est pas possible de laisser les manettes de la France à Emmanuel Macron.”

Elle clôture ce message comme l’on demanderait à un ancien petit ami une seconde chance : “ Je sais que vous êtes plus forts que ça, tournons la page”.

Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, a réagi sur BFMTV en dénonçant des “petites manœuvres pas très dignes”, prévenant : “Il ne faut pas être piégé par son parler fourbe.” L’humoriste Stéphane Guillon s’est également exprimé, s’interrogeant sur le silence du candidat Insoumis :

Chargement du twitt...