Jamel Debbouze affirme qu’on lui a proposé d’être secrétaire d’État

Jamel Debbouze affirme qu’on lui a proposé d’être secrétaire d’État

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

“Ce n’est évidemment pas mon métier, parce que je m’y ennuierais à mourir, parce que c’est là où je serais le moins efficace. C’est là où je serais le plus critiqué, c’est là où je serais le plus figé, je pense.”

À voir aussi sur Konbini

Pour rappel, un secrétaire d’État se distingue d’un ministre délégué en ce qu’il ne gère pas de budget, ne peut pas signer de décrets et n’assiste au conseil des ministres que si une question qui le concerne est abordée.
Dans tous les cas, il semblerait simplement que la politique politicienne ne convienne pas à l’acteur, qui estime être engagé et “utile” d’une autre manière :

“Quand on gagne une coupe du monde, la jeunesse trouve du travail derrière. Là, on est super utile. Quand je monte sur scène et que je fais l’Olympia ou un Zénith, j’ai le sentiment d’être utile. Il vient d’en bas, il a une main dans la poche, il se retrouve là…
Il y a une forme d’espoir quelque part. Pareil pour Omar Sy. On représente ça. On en est conscient, on ne joue pas, on espère que ça aura de l’écho chez les gamins, et pas seulement. Notre acte politique, c’est de continuer à faire ce qu’on fait dans les meilleures conditions.”

À lire -> Mais au fait, un secrétaire d’État, ça sert à quoi ?