Homophobie : “Le football doit être exemplaire sur la question”

Homophobie : “Le football doit être exemplaire sur la question”

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

“Depuis plus de 10 ans, une agression LGBTphobe a lieu tous les trois jours.”

À voir aussi sur Konbini

L’association SOS Homophobie vient de publier son 22e rapport annuel sur l’état des lieux de l’homophobie en France. Sur l’ensemble de l’année 2017, l’association a reçu 1 650 témoignages d’actes LGBTphobes, enregistrant une hausse de près de 5 % en comparaison à l’année 2016. Au moins 58 % des victimes d’actes homophobes sont des hommes.

Concernant les actes lesbophobes, SOS Homophobie remarque une baisse de 14 % sur un an même si, depuis 2016, l’association a enregistré une augmentation de 15 % des agressions physiques LGBTphobes signalées. Et si 22 % des témoignages d’actes LGBTphobes relatent de cas qui ont eu lieu sur Internet, 45 % des agressions physiques se déroulent dans des lieux publics, au vu et au su de tous.

Quant à ce fléau des réseaux sociaux, où l’anonymat permet à certains de proférer des insultes sans être inquiétés, SOS Homophobie a annoncé sur Europe 1 la création d’un “outil anti-troll“, générant des réponses toutes faites à publier pour répondre aux propos anti-LGBT et aux trolls, avec le hashtag #EqualityArmyaux.

Les mots homophobes banalisés dans le foot

Dans le même temps, l’association Foot Ensemble a révélé une étude Ipsos qui nous apprend “qu’un Français amateur de foot sur trois reconnaît tenir des propos homophobes devant un match, mais les minimise”, considérant que “ces propos font partie du ‘folklore’ du football et sont sans connotation homophobe”.

Pour s’exprimer sur cette question, Julien Pontes, le président du collectif contre l’homophobie Rouge Direct, qui va saisir la justice pour que la ligue de football professionnelle sanctionne les chants homophobes durant les matchs, est venu nous alerter sur l’homophobie dans les stades de foot :

Si vous souhaitez participer à la collecte de fonds et lutter contre l’impunité des actes homophobes, il suffit de vous rendre ici.