AccueilArchive

Le hipster est mort, faites place au yuccie

Le hipster est mort, faites place au yuccie

Publié le

 Êtes-vous un yuccie ?

À voir aussi sur Konbini

Comment savoir si vous êtes l’un des petits veinards faisant partie de la nouvelle élite urbaine formée par les yuccies ? L’auteur de cette nouvelle dénomination a ainsi établi une liste de facteurs à remplir très pratique afin de distinguer le yuccie du banal hipster que nous n’avons que trop vu. Pour faire simple, un yuccie est quelqu’un qui combine le meilleur des stéréotypes du hispter commun et du yuppie.
Vous êtes un yuccie si vous :

  • Détenez plusieurs copies de Freedom de Jonathan Franzen;
  • N’aimez pas la gentrification en théorie, mais en vrai vous adorez les donuts faits maison;
  • Voulez vraiment aller à Austin bientôt car vous avez entendu dire que c’est incroyable;
  • Prenez des cours de peinture en buvant de l’alcool;
  • Étiez “dans les finances” et vous en utilisez toujours le jargon;
  • Évitez les tatouages visibles (car risqués professionnellement parlant);
  • Adorez Seinfeld même si ce n’est plus diffusé depuis vos seize ans;
  • Achetez l’édition du week-end du New York Times mais vous ne lisez pas vraiment les informations;
  • Avez des milliers d’abonnés sur Instagram mais presque aucun follower sur Twitter

“Hipster” veut juste dire “quelqu’un de jeune avec un accès à Internet”

Pour Infante, le mot “hipster” est un concept générique qui n’est utile que pour vendre des produits aux consommateurs jeunes, pas pour leur fournir une identité sociale et culturelle ayant un sens. Les seules personnes utilisant le mot hipster sont des cadres de grandes entreprises ayant l’intention de promouvoir leurs produits à des jeunes crédules :

Le hipster est mort – le vrai hipster, pas ces conneries marketing en fac-similé qui dominent le domaine de la pub aujourd’hui. Il a troqué les soirées dans les entrepôts pour des retraites de yoga. Il est devenu un outil de marketing des grandes entreprises vendants des voitures compactes et des fast-food.
Le mode de consommation visible qui un temps sépara les hipsters des autres est devenu monnaie courante : fumer des American Spirit au lieu des Marlboro, avoir un iPhone au lieu d’un portable à clapet, manger de la ventrèche au lieu du bacon. Le hipster est devenu un type normal.  

Est-ce que ça vous rappelle quelqu’un ?

Je n’ai pas de tatouages. Mes comptes sont bons. Merde, j’ai même une assurance dentaire. Ma moustache n’est pas cirée et est des plus basiques, comme le reste de ma personne. Elle n’aurait reçu aucune attention durant les beaux jours de l’hipsterisme.
Les hipsters eux-mêmes m’auraient méprisé car ils m’auraient considéré comme un yuppie. Mais ce n’est pas le cas non plus. Le terme “yuppie” évoque les catalogues Sharper Image, des immeubles en co-propriété proprets et des piles d’argent tiré de la bourse avant la récession. Ce terme ne saisit pas le droit à la création qui définit le yuccie.