AccueilArchive

Netflix se paye Brad Pitt

Publié le

par Aline Cantos

Netflix se paye Brad Pitt

Une adaptation basée sur des faits réels

Une aubaine pour Netflix qui tend aujourd’hui à étendre son répertoire de longs métrages. En choisissant de recruter Brad Pitt, la société veut frapper un grand coup. La star internationale tiendra le premier rôle de cette satire de guerre retraçant l’histoire d’un général américain et de ses modes d’action questionnables lors de la guerre d’Afghanistan.
Inspirée par les écrits de Michael Hastings, journaliste américain passé par Rolling Stone et ayant couvert la guerre d’Irak pour Newsweek dans les années 2000, l’adaptation est basée sur des faits réels. Le personnage principal, que Brad Pitt incarnera à l’écran, est d’ailleurs calqué sur le général Stanley McChrystal, dont le parcours militaire est retranscrit par Hastings dans son best seller, The Operators : The Wild and Terrifying Inside Story of America’s War in Afghanistan.
Dépeignant une guerre moderne et s’installant dans les sphères détentrices du pouvoir de décision, le projet n’a cependant pas l’intention de suivre le chemin des traditionnels films de guerre. Sous un angle satirique, War Machine devrait revenir, entre autres, sur les déboires de l’armée américaine tels que décrits par Hastings.

Un mode de distribution original

Réalisé par David Michod, le film semble avoir grandement inspiré Brad Pitt puisque ce dernier a affirmé être “très heureux de faire partie de cet engagement inspirant de Netflix dans la production d’un contenu de pointe et de le délivrer à un public global“.
Netflix se positionne bien loin des formats de distribution classiques puisque le long métrage ne devrait être visible que dans des cinémas triés sur le volet ainsi que sur la plateforme de streaming. Le tournage de War Machine devrait ainsi débuter en août mais il faudra attendre l’année prochaine pour voir le résultat final.
Habitué des films de guerre, Brad Pitt a récemment tourné dans Fury. Si le ton est plus sérieux, la coproduction américano-chinoise très bien reçue par la critique a su prouver que l’acteur portait l’uniforme mieux que personne.

À voir aussi sur Konbini :