AccueilArchive

Espagne : le Premier ministre Mariano Rajoy destitué

Espagne : le Premier ministre Mariano Rajoy destitué

Image :

BERLIN, GERMANY – FEBRUARY 04: Spanish Prime Minister Mariano Rajoy is pictured during a press conference with German Chancellor Angela Merkel (not pictured) after meeting at Chancellery (Bundeskanzleramt) on February 4, 2013 in Berlin, Germany. Topics of the meeting where talks on the euro debt crisis and the European Union’s new budget. Prime Minister Mariano Rajoy has strenuously denied allegations of corruption as El Pais newspaper published photos allegedly detailing secret payments. (Photo by Thomas Trutschel/Photothek via Getty Images)

avatar

Par Astrid Van Laer

Publié le

Une mention de censure a été adoptée à l’encontre du chef du gouvernement espagnol ce 1er juin. Il sera remplacé par le socialiste Pedro Sánchez.

À voir aussi sur Konbini

Ce vendredi 1er juin, les députés espagnols ont voté la destitution du Premier ministre conservateur Mariano Rajoy, après plus de six années passées au pouvoir. La motion de censure a été adoptée avec 180 voix sur 350.

Par la même occasion, ils ont donné leur confiance à Pedro Sánchez, le chef du parti socialiste espagnol. Celui-ci a réagi, évoquant un “grand jour pour la démocratie”. “Nous allons travailler avec responsabilité pour récupérer la dignité que mérite notre pays”, promet-il.

Jeudi 31 mai, Mariano Rajoy avait publié des messages pour critiquer le chef socialiste, qu’il juge inapte à occuper cette fonction :

“M. Sánchez n’est pas apte à former un gouvernement stable, il n’a pas d’idées pour le pays, il n’apporte aucune réponse aux défis auxquels l’Espagne est confrontée, et il ne devrait pas aspirer à devenir chef du gouvernement car il n’a jamais gagné d’élection.”

Avant de présenter sa démission au roi d’Espagne, Mariano Rajoy a adressé un dernier message à ses concitoyens, sans faire mention du scandale de corruption qui l’embarrasse en ce moment :

“Cela a été un honneur d’être président du gouvernement et de laisser le pays dans un meilleur état que dans celui dans lequel je l’ai trouvé. Merci à tous, et plus particulièrement aux Espagnols et au Parti populaire.

Bonne chance à tous, pour le bien de l’Espagne.”