AccueilArchive

Selfiecity, l’ultime base de données mondiale du selfie

Publié le

par François Oulac

Selfiecity, l’ultime base de données mondiale du selfie

Le triptyque de Selfiecity : rassembler, trier, analyser

“On regarde les choses sous plusieurs perspectives”

Je ne suis pas encore sûr de savoir si ce qu’on fait est bien ou mal. Mais on ne fait pas comme les entreprises qui récupèrent des données pour les analyser à des fins commerciales et lucratives. Nous, on promeut les outils Open Source, et puis on a un but purement scientifique. On a déjà fait des expériences avec Twitter, Flickr, beaucoup d’autres anciens projets.
K | Histoire de l’art, informatique, sciences cognitives : les membres de votre équipe viennent de disciplines très différentes. C’était important à vos yeux ?
Je pense que ça vient de mon propre background. J’ai d’abord été artiste en Russie avant de devenir visual media designer en 1984. Puis j’ai eu un master en sciences cognitives, j’ai même écrit un livre traduit en français, paru il y a deux ans, Le langage des nouveaux médias.
Je pense que c’est important de regarder les choses de différents points de vue, de combiner des compétences diverses. C’est ce qu’on a fait avec Selfiecity : il y a des visualisations, des chiffres, des essais… Ce n’est pas juste des jolies mosaïques de photos, on regarde les choses sous de multiples perspectives.
K | Entre le bathroom selfie, le selfie au musée, le sefie aux côtés de SDF, le selfie d’enterrement, il y a une multitude de types de selfies différents. Ceux qu’on trouve sur Selfiecity sont relativement neutres. Avez-vous pris cette dimension en compte dans votre étude ?
C’est vrai que la définition du selfie n’est pas encore claire. Il y a par exemple des gens qui pensent qu’un selfie peut être pris par quelqu’un d’autre, d’autres qui se photographient dans leur miroir. On a identifié les types de photos, on a gardé un type de selfies pour le projet, mais on a gardé toutes les données pour les analyser dans nos side projects. L’essai d’Alise Tifentale sur la place du selfie dans l’histoire de la photographie parle de ces différents types d’autoportraits.

Conseil séduction : penchez la tête

“Le selfie n’est pas un signe de narcissisme”

“Instagram est un documentaire de la vie contemporaine”

À voir aussi sur Konbini :