AccueilArchive

Enfants stars, icônes de mode ou danseuses : l’apogée du format miniature ?

Publié le

par Aline Cantos

Enfants stars, icônes de mode ou danseuses : l’apogée du format miniature ?

Des talents médiatisés trop tôt ?

Les conséquences incontrôlables de l’exposition médiatique

Pourtant, les parents et l’entourage de ces fillettes semblent avoir les mêmes intentions louables. Quand Sia avance le côté artistique de son projet, la mère de la petite Kristina parle de la mode comme un “amusement” pour sa fille. Le bien être des fillettes semble être à première vue pris en compte.
Cependant, il est possible de se demander si cette surexposition n’est pas dangereuse. Que ce soit dès à présent, avec des réactions inappropriées de la part d’adultes moins bienveillants que leur entourage, ou pour leur futur, en raison de l’absence de libre arbitre des fillettes encore trop jeunes pour prendre en considération toutes les implications de leur travail, les risques semblent multiples.
Bon nombre d’enfants stars ont connu la gloire dans les années 1990s. La surexposition médiatique semble avoir prouvé ses effets néfastes en la personne de Macauley Culkin par exemple. Le visage du film Maman j’ai raté l’avion qui a si souvent attendri les familles fait aujourd’hui la une des tabloïds. Ses frasques ruinent toujours plus ses possibilités de carrières. Britney Spears a suivi le même type d’ascension précoce et a suivi la même voie que le jeune acteur. Cures de désintox à répétition, disparition de la scène musicale, rien de bien glorieux à son actif pendant les années de descente aux enfers succédant à son succès planétaire.
Les initiatives nationales semblent se multiplier, à travers des rapports comme en France en 2012 ou des lois interdisant ou encadrant strictement ces pratiques. Pour autant il apparaît difficile de trouver une harmonie internationale dans le domaine. Peut-être trouvera-t-on un jour le moyen de laisser les enfants s’exprimer artistiquement en toute sécurité. Pour l’heure, force est de constater que les limites de ces expositions médiatiques sont encore très floues.

À voir aussi sur Konbini :