Donald Trump accuse Facebook d’être contre lui, Mark Zuckerberg lui répond

Donald Trump accuse Facebook d’être contre lui, Mark Zuckerberg lui répond

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

Ce mercredi 27 septembre, le chef d’État américain a accusé le réseau social Facebook d’être “anti-Trump”. Son PDG, Marc Zuckerberg, a répondu que “les deux camps [politiques étaient] mécontents” et que sa plateforme était celle de “toutes les idées”.

À voir aussi sur Konbini

Après les révélations concernant l’influence de la Russie dans l’élection présidentielle américaine, Mark Zuckerberg a posté un message vidéo le 22 septembre dernier, expliquant que son entreprise collaborerait avec le Congrès dans l’enquête et qu’il ferait en sorte que cela ne se reproduise plus. Pour rappel, on avait appris qu’une entreprise russe avait dépensé 100 000 dollars de publicité, durant la campagne présidentielle, à l’aide de faux comptes qui diffusaient des messages radicaux à l’intention des électeurs prêts à voter pour Donald Trump.

Ce mercredi 27 septembre, le président des États-Unis a publié un message sur Twitter dans lequel il accuse le réseau social d’être contre lui :“Facebook a toujours été anti-Trump.” Il a évoqué ce qu’il pense être une “collusion” avec les médias, notamment le Washington Post et le New York Times.

“Les deux camps sont mécontents des idées et des contenus qu’ils n’aiment pas”

Dans la soirée, le créateur de Facebook a publié un message dans lequel il rejette les accusations de Donald Trump, mettant en exergue le fait que ses opposants politiques lui ont fait la même critique :

“Trump dit que Facebook est contre lui. La gauche affirme que nous avons aidé Trump. Les deux camps sont mécontents des idées et des contenus qu’ils n’aiment pas.”

Comme le rapporte 20 Minutes, le Congrès a demandé à Twitter, Facebook et Google d’être entendus comme témoins dans l’enquête sur la présumée ingérence russe dans l’élection. L’audition est prévue le 1er novembre prochain, annonce BBC News.

À lire -> Ingérence russe dans l’élection américaine : Zuckerberg hausse le ton