Dès le 5 mai, la France sera en “déficit écologique”

Dès le 5 mai, la France sera en “déficit écologique”

Image :

(c) a.otge via Flickr

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

“Make the planet great again”, scandait le président français il y a quelques mois…

À voir aussi sur Konbini

“Si le monde entier vivait comme les Français, dès le 5 mai, nous aurions déjà consommé l’ensemble des ressources naturelles que la planète peut renouveler en un an”, avertit WWF France. Dans un rapport en partenariat avec Global Footprint Network, intitulé “L’autre déficit de la France” et publié ce vendredi 4 mai, l’ONG est claire : la France vit au-dessus de ses capacités écologiques et doit réagir au plus vite.

À titre de comparaison, en 1961, la date de dépassement écologique de la France était le 30 septembre, c’est-à-dire plus de quatre mois après. De plus, WWF signale très : “En 2018, si toute l’humanité consommait comme les Français, elle aurait exploité l’équivalent des capacités de régénération de 2,9 Terre. Un résultat bien au-dessus de la moyenne planétaire qui évolue ces dernières années autour de 1,7 Terre.”

La France se classe dans le top 10 des pays les plus déficitaires en termes d’écologie, derrière le Qatar, les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Suède, les Pays-Bas, la Russie et enfin l’Allemagne. Notre pays demande 1,8 fois plus que ce que sa biocapacité est en mesure de lui donner et les deux tiers de l’empreinte écologique des Français sont dus à leur alimentation. L’ONG avertit : “Il est plus que temps de mettre en place une stratégie de désendettement écologique.”

Pour cela, WWF France appelle le gouvernement, entre autres, à “ériger le vélo en ‘système’, combinant infrastructures de qualité, offres de services et actions de soutien, pour en faire un transport de masse”, à “basculer vers des villes ‘à basses émissions’ grâce à la mise en place, de manière pérenne et ambitieuse, de zones à circulation restreinte” mais aussi à “ne pas autoriser le lancement d’un projet qui viendra creuser sa dette écologique vertigineuse”.