Cette fresque remporte la palme du pire hommage à David Bowie

Cette fresque remporte la palme du pire hommage à David Bowie

photo de profil

Par Thomas Andrei

Publié le

À Sheffield, en Angleterre, un street artist a réalisé une peinture murale à l’effigie de David Bowie. Si cet hommage partait d’une bonne intention, il est très embarrassant. 

À voir aussi sur Konbini

La disparition de David Bowie a ému le monde entier. Ses fans et ses admirateurs lui ont rendu hommage en lançant des pétitions ambitieuses, en se recueillant devant sa première maison ou en vantant ses multiples talents.

C’est même devenu une mode de s’approprier la mort du chanteur : ainsi, Bernie Sanders a diffusé “Starman” dans le cadre de sa campagne. D’autres hommages plus embarrassants ont été rendus à l’artiste. Et non, nous ne parlons pas de la prochaine prestation de Lady Gaga aux Brit Awards.

Grâce au bureau de la BBC installé à Sheffield, les internautes ont eu vent d’une peinture murale qui agite les réseaux sociaux depuis hier. Cette fresque gênante a été réalisée à l’angle de Division Street, en pleine zone commerçante.

Cette peinture est censée représenter David Bowie dans sa période Aladdin Sane, mais on dirait que le chanteur a subi une opération de chirurgie esthétique ratée. Ou alors c’est un DJ du Berghain (le fameux club techno de Berlin) après le coït, ou Mick Jagger après un accident de ski, ou un habitué d’un un pub de l’Est de Londres. Ça ressemble, au choix, à l’illustration de la chanson qu’il n’a jamais faite avec Michael Jackson, à un selfie customisé avec Facetune ou à Cher imitant Bowie. En gros, c’est tout et n’importe quoi sauf David Bowie.

Chargement du twitt...

Le problème avec le street art, c’est qu’il n’a plus rien de secret ou rebelle. Donc on peut trouver  sur Internet des photos de l’auteur, un certain Trik09, en pleine action. Le processus est encore pire que le résultat. Bien sûr, on a un peu pitié de lui, mais on croise surtout les doigts pour qu’il ne recommence pas avec Lemmy…

Traduit de l’anglais par Hélaine Lefrançois.