Présidentielle : ce que proposent les candidats en matière d’égalité homme-femme

Présidentielle : ce que proposent les candidats en matière d’égalité homme-femme

photo de profil

Par Cyrielle Bedu

Publié le

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, nous avons épluché les programmes des principaux candidats à la présidentielle et recensé les mesures qu’ils promettent d’appliquer pour réduire les inégalités entre les sexes en France. 

À voir aussi sur Konbini

François Fillon

  • Faire respecter la loi qui interdit le port de la burqa.
  • Augmenter les délais de prescription de plainte pour les femmes victimes d’agression sexuelle. “Il faut en moyenne seize ans pour qu’une victime parle.”
  • Développer l’hébergement d’urgence à destination des femmes victimes de violences.
  • Encourager les femmes à porter plainte et mettre en place “un cadre sécurisant”.
  • Développement de dispositifs pour encourager les entreprises à développer le télétravail, plus accessible pour les femmes seules.
  • Augmenter les amendes en cas de non respect des obligations paritaires par les organisations politiques.
  • L’accès prioritaire aux crèches pour les familles monoparentales et la flexibilisation des horaires des structures de garde.
  • L’accès prioritaire aux logements sociaux pour les femmes isolées.

À lire dans “les propositions pour la liberté des femmes” du programme de François Fillon. 

Benoît Hamon

  • Renforcement des sanctions en cas de non respect de l’égalité salariale.
  • Augmentation du délai de prescription du viol, qui passerait à vingt ans. “Ce délai est aujourd’hui de dix ans pour les viols commis sur majeurs et de vingt ans pour les viols commis sur mineurs.”
  • Création de 4 500 places d’hébergement spécialisé pour les femmes victimes de violences.
  • Création d’un service public de garde d’enfants avec 250 000 nouvelles places d’accueil et des horaires adaptés, notamment pour les mères isolées.
  • Extension du congé paternité à six semaines, dont 11 jours obligatoires.
  • Doublement du budget du ministère du Droit des Femmes. Cette hausse de budget serait notamment financée par des amendes infligées aux partis politiques qui ne respecteraient pas la parité.
  • Pénalités plus sévères appliquées aux partis qui ne respectent pas l’obligation de parité dans les candidatures aux législatives.

À lire dans le volet “#Égalités femmes-hommes” du projet de Benoît Hamon.

Marine Le Pen

  • Lutter contre l’islamisme qui fait “reculer les libertés fondamentales des femmes”.
  • Mettre en place un plan national pour l’égalité salariale femme-homme et lutter contre la précarité professionnelle et sociale.

À lire dans les “144 engagements présidentiels” de Marine Le Pen.

Emmanuel Macron

  • Publication du nom des entreprises qui ne respectent pas l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. “Nous testerons au hasard, et massivement, les entreprises pour vérifier qu’elles respectent bien la loi en la matière.”
  • Les incivilités dans l’espace public, telles que le harcèlement des femmes, ne seront plus tolérées : elles seront punies d’amendes immédiates et dissuasives.
  • Défense du droit à l’intervention volontaire de grossesse (IVG).
  • L’obligation sera faite aux communes de publier en ligne leurs critères d’attribution des places de crèche. “Dans le même temps, nous soutiendrons l’effort massif de construction de places de crèche.”
  • Création d’un congé de maternité unique garanti pour toutes les femmes quel que soit leur statut (salariée, entrepreneure, intermittente, non-salariée, statut multiple, etc.). Il sera aligné sur le régime le plus avantageux.
  • Parité dans les nominations des grands postes de l’État (agences et directeurs d’administration).

À lire dans le volet “Égalité entre les femmes et les hommes” du programme d’Emmanuel Macron.

Jean-Luc Mélenchon

  • Instauration de congés parentaux de durée identique entre les parents.
  • Création d’un service public unique d’accueil de la petite enfance et création de 500 000 places supplémentaires en crèche dans les cinq ans.
  • Suppression du travail partiel contraint.
  • Extension à toutes les entreprises de l’obligation d’adopter un plan contre les inégalités de salaire et de carrière entre femmes et hommes, avec obligation de résultat. En cas de non-respect de ce plan, suppression des subventions, des aides publiques et de l’accès aux marchés publics. Il y aurait également une augmentation des sanctions financières et pénales.
  • Obligation pour les entreprises d’observer un pourcentage égal femmes-hommes en formation et un plan de rattrapage.

À lire dans le livret “Égalité femmes-hommes” du programme de Jean-Luc Mélenchon .