Bruno Le Roux démissionne, Matthias Fekl devient ministre de l’Intérieur

Bruno Le Roux démissionne, Matthias Fekl devient ministre de l’Intérieur

photo de profil

Par Virginie Cresci

Publié le

À la suite des révélations de Quotidien sur l’embauche de ses deux filles à l’Assemblée, Bruno Le Roux a remis ce mardi 21 mars sa démission au chef de l’État. L’Élysée le remplace par Matthias Fekl, jusqu’alors secrétaire d’État en charge du Commerce extérieur.

À voir aussi sur Konbini

Le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux, nommé il y a à peine trois mois pour remplacer Bernard Cazeneuve place Beauvau, a été contraint de démissionner ce mardi 21 mars, après les révélations de l’émission Quotidien sur l’embauche de ses deux filles à l’Assemblée nationale, sur lesquelles pourrait peser un soupçon d’emploi fictif.

Comme on vous le racontait précedemment, Bruno Le Roux a embauché ses deux filles comme collaboratrices parlementaires à de multiples reprises de 2009 à 2016, alors qu’il était député de Seine-Saint-Denis. Au total, ce sont 24 CDD cumulés pour un montant total de 55 000 euros qui pourraient s’apparenter à des emplois fictifs, puisque les deux filles de  Bruno Le Roux, mineures, se trouvaient durant des périodes correspondant à celles où elles étaient censées travailler à l’Assemblée en stage à l’étranger ou encore en classe prépa.

Le parquet national financier se saisit de l’affaire

À la suite de ces révélations, qui nous rappellent l’affaire Fillon, le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire, confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF).

Le ministre de l’Intérieur a annoncé sa démission ce mardi 21 mars vers 18 heures, lors d’une conférence de presse. “Ces moments de travail en commun étaient importants pour moi comme ils étaient formateurs pour elles”, a-t-il déclaré. Il a ensuite ajouté qu’il ne voulait pas que ce débat ternisse l’image du gouvernement, avant d’ajouter plus formellement :

“Ma responsabilité est aussi de préserver totalement l’action gouvernementale. C’est pourquoi j’ai adressé au président de la République ma démission. Celle-ci me permet […] d’affirmer clairement mon honnêteté, mon attachement à la vérité et à la République dont j’ai toujours essayé de défendre les valeurs […]”

Matthias Fekl, ancien secrétaire d’État, le remplace au pied levé

Aussitôt, l’Élysée a annoncé la nomination de Matthias Fekl à la tête du ministère de l’Intérieur. Relativement peu connu du grand public, M. Fekl était depuis 2014 secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger.

Âgé de 39 ans, Matthias Fekl est né en Allemagne d’une mère française et d’un père allemand, il possède la double nationalité. Passé par Henri-IV, l’ENS de Lyon, l’IEP de Paris et la prestigieuse ENA, Matthis Fekl a rejoint le parti socialiste en 2001 et devient un proche de Bertrand Delanoë. Engagé dans un groupe de réflexion social-démocrate proche de Pierre Moscovici et Dominique Strauss-Kahn, il occupa successivement les postes de conseiller au tribunal administratif de Paris, entre 2005 et 2010, et de conseiller du président du Sénat de 2011 à 2012.

Lors des législatives de 2012, il devient, à 35 ans, le plus jeune député d’Aquitaine. À un mois du premier tour de l’élection présidentielle, il semble aujourd’hui avoir décroché le plus court mandat de ministre de l’Intérieur de l’Histoire.