Brésil : un juge autorise les psychologues à conseiller des thérapies “de conversion” aux homosexuels

Brésil : un juge autorise les psychologues à conseiller des thérapies “de conversion” aux homosexuels

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

Depuis la décision d’un juge brésilien, Waldemar de Carvalho, d’autoriser les psychologues à conseiller des “thérapies de conversion” à leurs patients, la polémique enfle au Brésil et des manifestations sont organisées samedi 23 septembre pour protester contre ce jugement archaïque.

À voir aussi sur Konbini

Il est désormais possible pour un psychologue de proposer à ses patients homosexuels des “thérapies de réorientation sexuelle”. Il s’agit de thérapies qui ont pour objectif qu’une personne homosexuelle change son orientation sexuelle et devienne hétérosexuelle. Considérant l’homosexualité comme une “maladie” que l’on pourrait guérir, ces thérapies peuvent aller de l’entretien sous forme de discussion à la thérapie par électrochoc.

Le juge à l’origine de cette décision, le juge Waldemar de Carvalho explique qu’il ne voit pas comment il pourrait interdire les psychologues qui le souhaitent d’orienter leurs patients vers des thérapies. Selon VSD, le Conseil national de la psychologie va faire appel de cette décision, arguant que cette dernière viole les droits de l’Homme.

“Les malades sont ceux qui croient en cette grande absurdité”

Comme le rappelle Out Magazine, il s’agit d’un véritable retour en arrière puisque ces thérapies ont été bannies dans le pays en 1999 par le Federal Council of Psychology (FCP), qui a le pouvoir de réguler l’activité et la pratique du métier de psychologue, car – au-delà de l’horreur et de l’aberration évidentes d’une telle pratique – elles influent sur la santé psychique des patients qui y ont recours.

Une chanteuse brésilienne très populaire, Ivete Sangalo, s’est insurgée contre ce retour en arrière, déclarant : “les malades sont ceux qui croient en cette grande absurdité”. Depuis l’annonce, le #curagay a fait son apparition sur Twitter afin de dénoncer l’absurdité de la décision du juge Waldemar de Carvalho et samedi 23 septembre, des manifestations ont été organisées afin de protester.

À l’heure actuelle, seule une poignée d’États dans le monde a interdit les thérapies de conversion et ce n’est toujours pas le cas de la France, comme le rappelait Libération il y a peu. En décembre 2016, Malte est devenu le premier pays européen à les interdire.

À lire -> Nigeria : 42 hommes arrêtés pour “homosexualité” à l’issue d’une réunion sur le VIH