Benoît Hamon et Emmanuel Macron entrent dans le dictionnaire

Benoît Hamon et Emmanuel Macron entrent dans le dictionnaire

photo de profil

Par Virginie Cresci

Publié le

L’édition 2018 du Robert illustré va ajouter Benoît Hamon et Emmanuel Macron à son dictionnaire des noms propres. 

À voir aussi sur Konbini

S’ils ne gagnent pas l’élection présidentielle, Benoît Hamon et Emmanuel Macron pourront au moins se satisfaire d’être dans le dictionnaire, et c’est tout de même plus classe que d’avoir une simple page Wikipédia.

L’édition 2018 du Robert illustré, la référence en matière de dictionnaire avec le Larousse, qui sortira le 15 juin, a actualisé ses pages politiques, élections obligent, et fait entrer deux petits nouveaux qui rejoignent Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon. Les experts de la maison d’édition racontent au Parisien qu’ils ont laissé une petite place après chaque définition des candidats, pour ajouter quelques lignes, juste avant l’envoi à l’impression, le 8 mai prochain, au lendemain du second tour, au cas où l’un d’entre eux serait élu président.

Normalement, pour qu’un homme politique intègre les noms propres du dico, il doit avoir occupé de hautes fonctions au sein du pouvoir (comme François Fillon, ex-Premier ministre), ou bien avoir présidé l’un des principaux partis du pays (comme Marine Le Pen, présidente du Front national) ou encore avoir obtenu au moins 10 % des voix au premier tour d’une élection présidentielle (c’est le cas de Jean-Luc Mélenchon en 2012).

Mais Le Robert a fait exception à la règle, donnant à Emmanuel Macron et Benoît Hamon la gloire éternelle, grâce à une définition et une concise biographie. Le premier y fait donc son entrée grâce à son mouvement En marche ! qui, s’il est récent, rencontre un fort succès. Le second obtient les honneurs des linguistes pour avoir gagné la primaire socialiste.

Quand les présidents inventent des mots qui entrent dans le dictionnaire

Si être candidat donne le privilège d’avoir son nom dans le dictionnaire, être président permet même d’y introduire certains mots et expressions. À la définition de Nicolas Sarkozy, on trouvera la charmante formule de son invention “nettoyer au karcher”, qu’il lança en 2005 à la cité des 4 000 à La Courneuve. Classe.

En 2009, l’adjectif “bling-bling”, employé à maintes reprises lors de la présidentielle de 2007 afin de désigner Nicolas Sarkozy, avait fait son entrée dans les noms communs. Décidément, “Sarko” restera dans les annales (et oui, même son diminutif est dans le dictionnaire).

Le terme “dégagisme”, inventé par Jean-Luc Mélenchon pour demander l’éviction de ceux qui détiennent le pouvoir sur de longues années, pourrait peut-être rejoindre les noms communs en 2019 “s’il continue à être employé dans d’autres contextes”, explique Édouard Trouillez, lexicographie aux éditions Le Robert.

Un bon début pour les candidats, avant de peut-être un jour intégrer les livres d’histoire.