Terrorisme : dix personnes proches de l’ultradroite soupçonnées de viser des mosquées et des politiques

Terrorisme : dix personnes proches de l’ultradroite soupçonnées de viser des mosquées et des politiques

photo de profil

Par Cyrielle Bedu

Publié le

“[…] Au détour d’une cérémonie de commémoration des ‘martyrs’ de l’Algérie française, […] un cadre frontiste tente de le débaucher à travers un ami commun. Il aimerait lui confier la section locale du FNJ, la branche ‘jeunesse’ du parti frontiste […]. Logan refuse le poste, mais s’engage dans la campagne présidentielle”, relate Le Monde.

À voir aussi sur Konbini

Lors d’une perquisition effectuée à son domicile, “des armes ainsi qu’une affichette” où il était écrit “Rebeus, blacks, dealers, migrants, racailles, djihadistes, si toi aussi tu rêves de tous les tuer, nous en avons fait le vœu, rejoins-nous !” ont été trouvés par les enquêteurs. Logan N. a été mis en examen début juillet pour “association de malfaiteurs terroriste criminelle”.
Les enquêteurs vont désormais tenter d’établir la nature des liens entre le terroriste présumé et les dix personnes interpellées mardi 17 octobre. Selon France Info, en plus de mosquées, ces derniers comptaient viser des personnalités politiques telles que le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner ou l’ancien candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon.
Pour le député du Nord Ugo Bernalicis, la France insoumise aurait voulu être “informée” de ces menaces autrement que par voie de presse, afin de pouvoir “prendre des dispositions qui aillent en conséquence”.

“On demande à ce que les autorités du ministère de l’Intérieur et de la Justice puissent communiquer, peut-être avant la presse, au principal intéressé. Jean-Luc Mélenchon a quand même été un candidat à l’élection présidentielle […] C’est dommage qu’il l’apprenne ainsi”, ajoute l’élu.