Anne Hidalgo demande une étude sur la gratuité des transports en commun

Anne Hidalgo demande une étude sur la gratuité des transports en commun

Image :

(c) UN Climate Change via Flickr

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

Anne Hidalgo a annoncé sa volonté d’étudier la possibilité de rendre gratuits les transports en commun de la capitale, sans donner de pistes sur les possibles moyens financiers.

À voir aussi sur Konbini

Dans un communiqué de presse diffusé ce lundi 19 mars, la maire de Paris Anne Hidalgo a fait connaître son souhait d’étudier la possibilité de rendre gratuits les transports en commun. Son objectif : “le développement des mobilités propres”. Par conséquent, cette dernière a indiqué vouloir “renforcer l’attractivité des transports en commun”.

Selon l’élue socialiste, qui propose aujourd’hui la gratuité pour les personnes handicapées et seniors sous conditions de ressources, cela passe nécessairement par “l’amélioration de leur maillage, de leur régularité et de leur confort, mais aussi par un questionnement sur les tarifs pratiqués”. Elle développe :

“La question de la gratuité des transports peut être l’une des clefs de la mobilité urbaine de demain. Elle mérite en cela d’être posée, sans a priori et sans dogmatisme. J’ai décidé de charger trois de mes adjoints de conduire une vaste étude sur le sujet, qui associera des experts français et étrangers, afin d’objectiver le débat.”

L’édile explique qu’il faudra “évaluer s’il existe un modèle économique viable”, tout en précisant que “rien ne dit aujourd’hui que cela est possible”. Elle n’a pas non plus évoqué les possibilités envisagées pour rentabiliser un tel modèle, ni indiqué qui paierait les sommes nécessaires au fonctionnement des transports. Ces derniers coûtent 10 milliards d’euros par an, dont 2,8 milliards sont financés par les usagers, rapporte Le Figaro.

Valérie Pécresse pourrait y être favorable

En Estonie, dans la capitale, Tallinn, la gratuité des transports est à l’œuvre depuis 2013. Pourtant, comme le rapporte Franceinfo, la pollution n’y a pas vraiment baissé puisque les habitants de banlieue continuent à utiliser leur voiture, ce qui pousserait la ville à réfléchir à étendre la gratuité à l’ensemble de la région. Quelque chose qui pourrait aussi être envisageable pour toute l’Île-de-France.

En effet, invitée par Radio Classique ce mardi 20 mars, la présidente de la région, Valérie Pécresse, a indiqué ne pas être contre cette éventualité : “Je suis ouverte à toutes les idées neuves, d’où qu’elles viennent évidemment, il faut étudier cette question.” Mais elle a toutefois placé deux conditions sine qua none :

“D’abord, il ne doit pas y avoir 1 euro en moins de recette pour IDF Mobilités. Aujourd’hui, la priorité des priorités, c’est la modernisation des transports. Or, la vente des tickets ça rapporte 3 millions d’euros chaque année à IDF Mobilités, et si ce n’est pas les voyageurs qui payent, ce sera les contribuables d’une manière ou d’une autre.”

Ensuite, comme le rapporte BFM TV, l’élue Les Républicains a demandé que, comme en Estonie, il y ait une politique commune à la région, afin d’éviter les “inégalités entre les Parisiens et les habitants de la banlieue” :

“La pollution est largement importée à Paris, donc si on fait la gratuité des transports pour les Parisiens, ça n’aura pas d’impact sur la pollution, puisque ce sont les Franciliens qui, la plupart, prennent leur voiture pour venir à Paris.”