La fabuleuse histoire du zine qui célébrait l’euphorie de la scène drag new-yorkaise

Publié le par Lise Lanot

© Michael Wakefield

Lancé par la célèbre drag-queen Linda Simpson, ce zine se fait l’écrin de nombreuses plumes, dont celles de RuPaul.

Tout commence en 1987. La drag-queen Linda Simpson distribue à travers New York des piles de feuilles en noir et blanc accrochées les unes aux autres. Entre ces pages, un trésor pour les communautés queers qui font bouillonner la vie nocturne de la Grosse Pomme.

Publicité

Jusqu’en 1994, My Comrade prend du galon. Au fil de ses dix publications, le magazine prend de l’épaisseur, autant dans sa forme que dans sa réputation. Subissant de plein fouet les discriminations visant les personnes LGBTQ+, l’incompréhension autour de la scène drag ainsi que la peur et les stéréotypes liés à l’épidémie du VIH, Linda Simpson créait un objet artistique qui a fait rapidement parler de lui.

Publicité

Couverture du premier numéro de My Comrade, 1987. (© John Boyer)

La publication sert alors différents angles : d’un côté, offrir les représentations qui manquent aux médias dits généralistes ; d’un autre, donner un espace aux artistes queers travaillant la photo, le dessin, les mots ou la mode. My Comrade traite aussi de sujets relatifs à la pop culture et à la vie quotidienne, souvent en parodiant le ton des autres médias – ses couvertures, fantasques et sarcastiques, le prouvent avec humour.

Publicité

Parmi les contributeur·rice·s les plus célèbres, on retrouve les noms des photographes Jack Pierson et David Armstrong, du peintre Tabboo!, ou encore des drag-queens Lady Bunny et RuPaul, légendaire reine de l’émission RuPaul’s Drag Race.

© Linda Simpson

Ironie, sarcasme et liberté d’esprit formaient ainsi la recette de ce magazine profondément camp, du nom de cette esthétique audacieuse théorisée entre autres par Susan Sontag. My Comrade était toujours accompagné du supplément Sister!, dédié aux lesbiennes, sur l’envers du magazine, précise Dazed.

Publicité

Bien que présentant les travaux d’une multitude d’artistes, My Comrade était l’œuvre d’une personne, la drag-queen Linda Simpson. La légende raconte qu’elle ne sortait jamais sans son appareil photo et qu’elle documentait tout ce qui lui passait sous le nez, sans idée derrière la tête.

“C’était juste pour m’amuser. C’était des clichés ordinaires. Ce n’est qu’après plusieurs années que je me suis rendu compte que j’avais créé une capsule temporelle d’une époque fascinante. J’ai eu beaucoup de chance : j’étais au bon endroit au bon moment”, relatait-elle en 2017 à Gays in Town.

Viva La Gay Revolution, 1988. (© Keith Kotick)

Publicité

Après dix numéros et sept années d’existence, My Comrade a tu ses voix pendant près de dix ans. Suite à cette longue pause, Linda Simpson a opéré un retour célébré par la presse gay née entre-temps.

Plus de 35 ans plus tard, alors que la culture drag est la star d’une émission télé mondialement populaire (chose impossible à l’époque) et que l’esthétique camp s’est emparée d’un des événements mondains les plus prisés du monde (le Met Gala 2019), le magazine est la star d’une exposition organisée à New York, “My Comrade Magazine: Happy 35th Gay Anniversary”. Un retour en grande pompe pour une des reines de la drag et la preuve que les petites pierres aident à bâtir les plus grands édifices.

Drag Queens Fuck Forever, 1990. (© Michael Wakefield)

Publicité

Horny Hunks Feud, 1989. (© Michael Wakefield)
<em>Sister!</em> cover, 1988. (© Michael Wakefield/Ande Whyland)
Couverture de <em>My Comrade</em> intitulée Long Live the Gay Nation, 1988. (© Keith Kotick/Dany Johnson/John Boyer)
Couverture de <em>My Comrade</em> intitulée Gay Sex, 1989. (© Michael Wakefield)
Couverture de <em>My Comrade</em> intitulée God Save the Queen, 1990. (© Michael Wakefield)
Couverture de <em>Sister!</em> intitulée Lesbians Who Sleep with Women, 1990. (© Ande Whyland)
Couverture de <em>My Comrade</em> intitulée Gay Culture, 1990. (© Michael Wakefield)
Couverture de <em>My Comrade</em> intitulée The Gay 90’s, 1991. (© Keith Kotick)
Hapi Phace, George et Adam, 1989. (© Linda Simpson)
© Linda Simpson

L’exposition “My Comrade Magazine: Happy 35th Gay Anniversary” est visible au Howl! Happening de New York jusqu’au 17 juillet 2022.

Vous aimerez aussi :