En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Voici le road trip optimal pour découvrir l'Europe

Armé d’un algorithme et d’une liste de cinquante lieux incontournables en Europe, Randal Olson, blogueur et analyste de données, propose son parcours optimal sur le Vieux Continent.

Quarante-cinq villes, vingt-neuf pays, deux villes-Etats et 26.211 kilomètres de route : c’est l’itinéraire que vous propose Randal Olson, blogueur américain spécialisé dans la visualisation de données, dans un article repéré par Lifehacker et sobrement intitulé "Calcul du road trip optimal à travers l’Europe" .

Armé de votre carte interactive et d’un coussin lombaire pour votre siège auto, il vous faudra 14 jours de conduite ininterrompue pour couvrir la distance, si vous êtes imperméable à la fatigue, l’appétit ou tout autre besoin humain. Si vous décidez de flâner un peu, Olson vous conseille de consacrer "au moins trois mois" au road trip de votre vie, et de "rajouter quelques étapes entre la Pologne et l’Estonie", trop peu représentées à son goût.

Venons-en au programme : au départ de Paris, prenez à l’Ouest ; après un rapide tour du Royaume-Uni, foncez plein Nord jusqu’à Marknadsvägen, en Suède. Arrêtez-vous deux minutes, vous l’avez bien mérité. Prenez un panoramique de la mer de glace qui s’étale devant vous, envoyez-le à la rédaction, remontez dans la voiture. Traversez la Finlande vers le Sud, foncez à travers la triplette Estonie-Lettonie-Lituanie et refaites le plein à Cracovie.

(Capture d'écran du trajet Google Maps de )

(Capture d'écran du trajet Google Maps de Randal Olson)

(Capture d'écran du trajet Google Maps de Randal Olson)

(Capture d'écran du trajet Google Maps de Randal Olson)

Faites le tour de l’Europe de l’Est, descendez à Istanbul, vérifiez le niveau d’huile et la pression des pneus, faites un saut à Athènes et remontez par la côte albano-monténégrine. Vous avez fait le plus dur. À partir de là, ce sera l’Italie, l’Autriche, la Suisse, la Côte d’Azur et, si la bagnole ne vous a pas encore lâché en route, un tour d’Espagne (jusqu’à Lagos, au Portugal, quand même) et une traversée en apothéose de notre bon vieil Hexagone, où vous serez probablement accueilli en héros.

L'Europe façon data

Ce choix des étapes, par essence subjectif et soumis à controverse, n’est pas celui du blogueur. Les données utilisées proviennent d’un article de Business Insider, daté de juillet 2014, qui recense cinquante lieux à visiter absolument en Europe.

De son côté, Randal Olson (qui étudie les sciences informatiques à l’université du Michigan) a rentré les données dans un algorithme de sa conception, qui a pour tâche de minimiser au possible le temps de trajet entre les différents points, en éliminant ceux inaccessibles par la route  et ainsi optimiser l’expérience culturelle. Une formule déjà testée avec succès pour calculer des parcours monumentaux à différentes échelles : aux États-Unis, en Amérique du Sud ou… à travers le Michigan, pourquoi pas.

Enfin, si vous ne vous sentez pas encore prêt pour la grande boucle, sachez que Randal Olson vous laisse gracieusement utiliser le code Python de son algorithme, licencié en Creative Commons, pour planifier vous-même votre escapade estivale en y entrant les étapes de votre choix.

Science, tech, culture numérique et galéjades. Internet est mon église.