Vous pourrez bientôt survoler Dubaï en taxi-drone… à vos risques et périls

shares

L'émirat vient d'annoncer la mise en place d'un service régulier de taxis-drones en juillet 2017. Mais le véhicule semble loin de présenter toutes les garanties de sécurité.

À peine un an avoir fait tourner les têtes au CES 2016, le drone quadricoptère pour passager unique d'origine chinoise Ehang 184 va être mis en service à Dubaï, dans ce qui s'apprête à devenir la première ligne de taxis volants au monde. L'Agence des transports dubaïote, qui vient de l'annoncer, devrait déployer le véhicule volant dès juillet prochain, confirmant les ambitions de la ville de devenir le centre névralgique de l'innovation.

L'appareil, présenté en grande pompe au CES, serait capable de transporter jusqu'à 100 kilos de charge, soit un passager et une valise légère, avec une autonomie de 30 minutes et de 50 kilomètres. En théorie, le drone peut se déplacer jusqu'à 160 kilomètres/heure, mais les autorités dubaïotes ont précisé qu'il ne dépasserait pas les 100 kilomètres/heure. Un voyage dans ce taxi entièrement autonome ne nécessite aucune formation préalable, le passager se contentant de charger son itinéraire sur un écran tactile, de boucler sa ceinture et de profiter de la vue. Le vol sera ensuite supervisé par une salle de contrôle au sol, qui communiquera avec lui par réseau 4G. Merveilleux, non? Attendez deux minutes avant de vous imaginer dans Le Cinquième Élément, car l'Ehang 184 n'apporte pour le moment presque aucune garantie sur sa fiabilité.

Un drone qui n'a encore (presque) jamais volé

Premièrement, et c'est quand même un tantinet préoccupant, le fameux taxi-drone n'a jamais volé publiquement, excepté quelques vidéos de démonstration tournées par le constructeur. Le véhicule présenté au CES, si rutilant qu'il soit, n'a jamais décollé de son stand, et la vidéo de présentation de la marque montre une version numérique du drone se baladant allègrement dans le ciel new-yorkais. Cette absence d'expérimentations concrètes a conduit plusieurs observateurs à considérer le drone comme une simple PR stunt, une opération de communication destinée à orienter les projecteurs vers les drones "classiques" de la marque.

Et que valent-ils, ces drones? Pas grand-chose, selon Numerama. Commercialisés en France par Archos, ils seraient une "catastrophe" selon le site spécialisé, qui a pu les essayer au printemps dernier : finitions "cheap", système de vol foireux, pilotage soi-disant "en réalité virtuelle" qui se résume à un casque inconfortable retransmettant "un flux vidéo de mauvaise qualité". Selon l'agence Associated Press, qui cite le responsable des transports de la ville, la version taxi fonctionne pourtant déjà bel et bien, et aurait été testée autour de l'héliport de la monumentale tour Burj-al-Arab. D'ici juillet, ce seraient donc des essaims entiers de drones-taxis qui transporteraient leurs riches passagers d'un gratte-ciel à un autre. Libre à vous de laisser une marque qui parvient à peine à produire des drones "classiques" de qualité de vous emporter dans les airs.