Voici le premier vélo imprimé en 3D à base de fibres de carbone

Tremblez, manufactures asiatiques : il pourrait vous faire de l’ombre.

(© Arevo)

Il est bon de se souvenir que dans la Silicon Valley, il y a autre chose que du numérique pur et dur. Un ancien de chez Google et Amazon a décidé de mettre ses pattes dans quelque chose de beaucoup plus concret : l’impression 3D à partir de matériaux composites. Un premier objet plutôt impressionnant a vu le jour : un vélo dont le cadre a été imprimé en fibres de carbone. Selon son concepteur, Jim Miller, créateur de la start-up Arevo, il s’agirait du tout premier au monde.

Cet objet, nous apprend Reuters, est aussi un produit d’appel catchy. L’entreprise espère que ses matériaux imprimés en 3D, aussi légers que solides, pourraient être utiles dans l’aviation ou l’aérospatial. L’argument de vente d’Arevo tient en un mot : le prix. L’impression 3D de fibres de carbone coûte beaucoup moins cher que la fabrication traditionnelle par de bons vieux humains. Selon Jim Miller, la fabrication du cadre ne reviendrait qu’à 300 $ (environ 255 euros). Une somme qui rivalise avec les constructeurs asiatiques.

Le vélo d’Arevo n’est pas le tout premier issu d’une imprimante 3D. On a déjà vu passer de nombreux projets coûteux et expérimentaux, qu’il s’agisse de vélos imprimés en aluminium, en acier ou encore en titane. À notre connaissance, aucun d’entre eux n’a pour l’instant été commercialisé.

Observateur tech perplexe