En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Vidéo : le quotidien des militants écologistes à bord d’un navire de Sea Shepherd

L’ONG de protection des océans Sea Shepherd lance une campagne afin de recruter de nouveaux volontaires pour embarquer sur ses navires. À cette occasion, les équipes de Great Big Story sont parties à la rencontre de militants, qui leur ont expliqué leur engagement et décrit leur quotidien en mer.

Fondée par l’emblématique et controversé capitaine Paul Watson – que Konbini a par ailleurs rencontré (et apprécié) – l’ONG de protection des océans Sea Shepherd fascine aussi bien ses admirateurs que ses détracteurs.

Sa marque de fabrique consiste à poursuivre les baleiniers japonais en mer pour les empêcher physiquement de se livrer à la pêche des cétacés, pourtant illégale. Les caméras de Great Big Story ont embarqué à bord de l’un de ses navires, pour aller à la rencontre de ses militants bénévoles aux missions difficiles.

Pour rejoindre l’un des équipages de Sea Shepherd, il faut être aussi motivé que passionné. Comme le note la page de recrutement du site de l’ONG, les prétendants doivent être nourris d’une "compassion passionnée" et "[brûler] de rage contre les injustices perpétrées à l’encontre les baleines […] et toute forme de vie dans les océans du monde entier".

Ce n’est pas pour les pleurnichards

L’envie, la motivation et l’engagement doivent ainsi être totaux. En échange, les militants recevront une expérience hors du commun, comme l’explicite la fiche de poste :

"Non rémunéré, longues journées, travail difficile, conditions dangereuses, météo extrême. Garantis : aventure, épanouissement et le travail le plus pénible que vous ayez jamais apprécié. L’expérience d’une vie."

Les candidats sont ainsi prévenus : "Attention : pleurnichards, mécontents, adeptes de la grasse matinée et poules mouillées, inutile de vous présenter."

Mais au-delà de missions difficiles aux "obstacles immenses", les bénévoles apparaissant dans le reportage décrivent leur épanouissement à défendre l’océan et ceux qui le peuplent, ainsi que leur joie de se battre pour des valeurs fondamentales à leurs yeux, comme l’écologie.

Peut-être que leurs témoignages vous donneront envie de les rejoindre à votre tour, et d’œuvrer pour la protection des océans sous le drapeau pirate de Sea Shepherd. Sinon, l’ONG recherche aussi des bénévoles à terre pour participer aux campagnes de dons – parfait pour ceux qui ont le mal de mer !

À lire -> Face à l’arsenal maritime japonais, Sea Shepherd renonce à traquer les baleiniers dans les mers du Sud