En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Jérémy, séropositif, raconte la sérophobie dans une vidéo pour "libérer la parole sur un sujet encore tabou"

Jérémy, qui a découvert sa séropositivité à 23 ans, y explique le choc de la nouvelle, la peur de sa famille et de ses flirts… et comment il essaie d’en faire quelque chose de positif. Un témoignage sensible et touchant.

Axel Santoni est un journaliste parisien de 25 ans, qui travaille seul sur une série de vidéos intitulée I Am. Il nous a expliqué vouloir "raconter l’histoire d’individus aux parcours atypiques en moins de 3 minutes". Pourquoi ce format ? Le mot d’ordre d’Axel est l’accessibilité. Il veut "parler de sujets souvent complexes à aborder : le banditisme, la vie dans la rue, l’obésité, le sida" d’une façon claire et abordable pour tout le monde. Pour que l’on écoute enfin "celles et ceux que l’on entend peu ou que l’on écoute mal". Il compte réaliser 12 portraits, et a sorti sa troisième vidéo ce 2 août. Après avoir filmé Emeric Berco, un animateur radio de Skyrock, puis Elina Dumont, une ancienne SDF devenue comédienne, Axel nous fait découvrir Jérémy, Parisien de 32 ans, dans un portrait qui ne peut laisser insensible.

"J’avais l’impression d’être la mort en personne"

Séropositif depuis dix ans, Jérémy le sait depuis neuf. Depuis un appel de son ex, trois jours avant son anniversaire. Jérémy pensait qu’il voulait lui proposer qu’ils se remettent ensemble, mais il lui a finalement annoncé une nouvelle qui allait changer sa vie. Un dépistage plus tard, il apprenait qu’il était porteur du VIH. Alors âgé de 23 ans, le jeune homme est passé par plusieurs étapes : le déni, la colère… puis l’acceptation. Il raconte la réaction qu’a eue sa mère à l’annonce de sa séropositivité, le "pas de recul", ou encore ce flirt pourtant "éduqué" qui a fui sans demander son reste quand il l’a informé qu’il était porteur du virus. "J’avais l’impression d’être la mort en personne", raconte Jérémy, qui a décidé de "transformer tout ce qu'[il] a pu vivre en version positive".

Désormais militant pour l’association Aides, il fait de la prévention, du dépistage ainsi que de l’accompagnement des personnes séropositives, et veut faire passer le message que "le savoir, c’est le pouvoir". Et que se faire dépister, "c’est penser à soi, mais aussi aux autres". Ce portrait sensible, délicat et percutant est très bien réalisé, et diffuse un message essentiel de lutte contre la sérophobie – en plus de souligner l’importance du dépistage et de la protection.

"De la difficulté d’avoir des relations amoureuses et même amicales"

Le projet tient à cœur à son réalisateur, qui nous a expliqué avoir des ami-e-s ayant contracté le VIH, qui lui "parlaient de la difficulté d’avoir des relations amoureuses et même amicales" :

"J’ai enquêté, et j’ai mis un mois à trouver Jérémy, grâce à l’association Aides. Je voulais quelqu’un qui soit capable de nous parler du VIH au quotidien, du regard des autres, de la difficulté de construire des relations, chose que l’on entend trop peu. J’ai été franchement touché par son courage et son envie de libérer la parole sur un sujet encore tabou. Je pense que quand l’on écoute les personnes qui vivent ces épreuves, on a une meilleure compréhension du sujet."

À terme, Axel Santoni aimerait présenter I Am dans des festivals de courts-métrages, puis se consacrer à la création et à la réalisation de contenus pour le Web ou la télé. En attendant, il prône la résilience avec le portrait de Jérémy et, plus largement, une série "qui [lui] ressemble".