En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Tout ce qu’il faut savoir sur les deux nouveaux Vélib'

La mairie de Paris vient de présenter les deux nouveaux modèles de Vélib'. L’énorme nouveauté : 30 % d’entre eux seront à assistance électrique.

© Alain Longeaud/Mieux

Le 1er janvier 2018, les nouveaux Vélib' débarqueront à Paris. D’ici-là, tous les anciens s’en iront. L’entreprise JCDecaux, qui gérait jusqu’à présent entièrement le parc des vélos, s’est fait piquer l’exploitation en avril dernier par l’entreprise Smovengo, qui déploie des vélos en libre-service depuis 2008 dans le monde entier. 

Les nouvelles fonctionnalités

  • 30 % des Vélib' posséderont une assistance électrique. Ils seront dotés d’une autonomie de 50 kilomètres et auront une vitesse de pointe de 50 kilomètres/heure.
  • La gestion de la surcapacité : ne pas pouvoir garer son Vélib' quand la station est pleine est une expérience ô combien désagréable. En cas d'"overflow", il sera donc possible de poser le Vélib' "tête-bêche" avec ses congénères. Un double verrouillage (guidon bloqué et antivol filaire) permettra de sécuriser les véhicules.
  • Le "V-Box" (seulement pour les Vélib' électriques) : il s’agit d’un boîtier électronique encastré dans le guidon et alimenté par la dynamo. Il permettra d’activer l’ouverture et la fermeture du cadenas et de se connecter en Bluetooth au smartphone de l’utilisateur pour afficher en direct le temps de location et la distance parcourue.

© Alain Longeaud/Mieux

Et le poids ?

C’est la critique qui revient tout le temps : le Vélib' actuel, avec ses 22 kilos, est vraiment très lourd – les mauvaises langues comparent volontiers sa carrure à celle d’un bœuf – et dissuade certains usagers de mettre le pied au pédalier. Côté utilisateur, grande est la frustration de se faire narguer et dépasser à longueur de journée par les vélos classiques.

Le nouveau Vélib', version mécanique, ne sera malheureusement qu’un poil plus plus léger : il pèsera 21 kilos. L’électrique pèsera 25 kilos, mais l’assistance permettra de surmonter la difficulté.

Le Vélib' à assistance électrique. (© Smovengo)

Le réseau

Toutes les stations de JCDecaux seront démantelées. Ce gigantesque chantier a commencé au mois d’octobre et durera jusqu’en 2018. Soixante des anciennes stations seront déplacées. Deux cents nouvelles stations verront le jour hors de Paris. Les 24 500 nouvelles bicyclettes seront construites en France, dans la région Pays de Loire.

Les nouvelles stations. (© Smovengo)

Que deviendront les anciens Vélib' ?

Les 20 000 vélos existants seront démontés, reconditionnés et partiront en pièces détachées dans le monde sur "d’autres marchés", précise le communiqué de presse de JCDecaux. Et des autres marchés, il y en a : JCDecaux est présent dans 88 villes réparties à travers 13 pays.

Idem pour les 1 230 stations et leurs mignonnes "bornettes" auxquelles on attache les Vélib' : elles seront reconditionnées et redistribuées, en pièces détachées ou non, à des marchés extérieurs ou appartenant à JCDecaux.

Le communiqué insiste sur la notion d'"économie circulaire" : tous les matériaux seront "triés, séparés et nettoyés, ils seront recyclés dans les filières existantes spécialisées".

Pour autant, JCDecaux ne disparaîtra pas du territoire français : l’entreprise continuera, par exemple, à gérer les Vélo’v lyonnais qui, rappelons-le, avaient été mis en service deux ans avant leurs cadets parisiens. Et dès 2020, JCDecaux fera passer une partie des Vélo’v en assistance électrique avec batterie amovible.

Et Anne Hidalgo dans tout ça ?

Devant une foule en transe composée d’élus et de journalistes, Anne Hidalgo s’est lancée dans une démonstration sur une piste cyclable du canal de l'Ourcq. Manifestement, l’opération, s’est révélée plutôt convaincante.

 

slash, tech et médias.