En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Témoignage : "Je suis en prison depuis 2 ans pour trafic de cannabis" (1/4)

Incarcéré depuis deux ans pour trafic de cannabis, Éric a voulu prendre la parole pour casser les clichés sur la vente et la consommation de stupéfiants… et militer pour leur dépénalisation en France, sous certaines conditions. Dans ce premier témoignage, il nous raconte son activité de dealer.

(© Laurent Grey/Konbini)

Depuis le 16 novembre 2015, je suis incarcéré dans le cadre d’une affaire de trafic de cannabis.

J’ai été interpellé le 12 novembre 2015 de la manière la plus bête qui soit : en flagrant délit place de la République à Paris, alors que je glissais ma main dans la poche d’un ami, designer dans la mode, pour y glisser 5 grammes d’herbe.

Vendre de la drogue = financer le grand banditisme ?

J’ai appris pour les attentats le 14 novembre 2015 au matin, alors que j’étais en garde à vue, de la bouche de mon avocate commise d’office. À l’annonce de la nouvelle, j’ai pleuré…

Il n’y a pas eu d’enquête, puisque je n’ai pas nié les faits. Et lors de mon jugement en comparution immédiate, le 16 novembre 2015, le procureur m’a accusé de financer malgré moi le grand banditisme. Le fait est qu’absolument aucun lien avec le grand banditisme n’a été établi dans mon dossier, mais que le procureur a tout de même, de lui-même, jugé que je le finançais "sans m’en rendre compte", me privant au passage de la conscience de mes actions.

Il faut savoir que j’ai une véritable passion pour la musique, et écume les salles de concert et les festivals, toujours à la recherche de frissons musicaux et des belles rencontres qui vont avec. République, c’est un quartier dans lequel nombre d’amis à moi habitent, travaillent ou se divertissent. Le Bataclan, j’y ai passé quelques soirées inoubliables.

Alors quand j’ai eu l’impression que le procureur m’accusait d’être, inconsciemment, complice d’actes que je condamne fermement, je me suis senti profondément insulté et j’ai répondu, très calmement, que le nombre croissant de cultures indépendantes de cannabis en France mettait à mal la théorie du grand banditisme caché derrière chaque joint.

Une réponse qui correspondait à la réalité, mais qui a dû être prise pour de l’insolence au vu de la sentence qui m’a été infligée. Mon incarcération ne trouvera en effet son terme que dans plusieurs mois.

Comme l’Inpes le rapporte, "le trafic de produits stupéfiants est puni d’une peine maximale de 10 ans d’emprisonnement et 7 500 000 euros d’amende". Et ce trafic inclut la vente ou le cadeau de drogues à des amis, même en petite quantité : vendre ou offrir un stupéfiant à quelqu’un pour sa consommation personnelle peut être puni jusqu’à cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende. L’usage, quant à lui, quel que soit le stupéfiant, est un délit passible d’une peine maximale d’un an d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende.

Les condamnations prononcées pour infraction à la législation sur les stupéfiants (ILS) représentent une proportion conséquente des condamnations prononcées pour un délit : 8,6 %, soit près de 50 000 condamnations chaque année en France, toujours selon l’Inpes. 56 % de ces condamnations sont pour usage illicite, 21 % pour détention et acquisition, 14 % pour commerce-transport, etc. Les peines d’emprisonnement ferme ou avec sursis partiel ne sont pas rares non plus : elles concernent 12,6 % des condamnations pour usage illicite.

Ne pas croire le cliché du dealer sans foi ni loi

Je ne dis pas avoir toujours eu une parfaite connaissance du chemin que prenait mon argent après être passé par les mains de mon fournisseur, en revanche j’ai travaillé pendant un certain temps avec un ami qui faisait lui-même pousser son herbe. J’avais donc, pendant un temps de mon activité au moins, une parfaite visibilité sur l’ensemble du circuit auquel j’appartenais.

Par ailleurs, avec mes principaux fournisseurs, je sais que j’ai eu cette discussion, cette préoccupation, sur le fait que nous devions faire le maximum pour nous fournir chez des gens n’ayant pas d’activités contraires à nos principes.

Aussi, de mon point de vue, s’il a pu m’arriver de financer le grand banditisme sans le savoir, je l’ai surtout fait contre ma volonté, et avant tout parce que l’État ne s’est toujours pas décidé à nous proposer d’autres solutions — et cette prohibition développe et nourrit le grand banditisme (mais nous en reparlerons plus tard).

(© Laurent Grey/Konbini)

Pour les instances judiciaires qui voient tous les jours des trafiquants défiler sur leurs bancs, je comprends toutefois qu’il puisse être difficile de saisir la différence entre un dealer/consommateur comme moi avec, je crois, une vraie éthique, qui a avec ses clients une relation qui dépasse le simple échange vendeur/acheteur, et un dealer sans scrupule dont les seules motivations sont financières, qui utilise ses revenus pour financer d’autres activités criminelles…

Une distinction d’autant plus difficile quand on passe en comparution immédiate, sans avoir pris de douche pendant 72 heures, et qu’on est alors trois jours après les attentats les plus meurtriers perpétrés en France métropolitaine depuis la Seconde Guerre mondiale.

Un citoyen intégré et actif

Il est important de préciser que je n’ai donc jamais entrepris mon activité avec une volonté d’enrichissement personnel et n’ai pas d’argent de côté. Je ne suis par ailleurs pas connu des services de police pour d’autres raisons que le trafic de cannabis, et j’ai toujours eu des projets ou une activité légale, tout en vendant des stupéfiants avec plus ou moins de régularité.

En effet, j’ai, à ce jour, développé une activité de création audiovisuelle en indépendant avec d’anciens camarades du lycée, puis travaillé dans une grande régie pub Web pendant quelques années. Après m’être essayé en indépendant au management d’artistes, j’étais, lors de mon arrestation, en discussion avec une société fournisseuse de solution de paiement dans l’événementiel et membre du "plan sans contact" du gouvernement.

Je n’ai donc jamais été, ni selon moi ni selon les gens qui m’entourent, un délinquant. Et je ne me suis jamais considéré comme un marginal, un ennemi de la société, et l’incarcération n’y changera rien.

Si je prends aujourd’hui la parole sur Konbini, ce n’est d’ailleurs pas pour remettre en question la sanction qui m’a été donnée, mais bien pour montrer à quel point la législation qui permet ces sanctions est destructrice par le flou qu’elle entretient.

Et si je me décide à prendre part à ce débat, c’est non seulement parce que j’en ai le droit, mais plus encore parce que je pense que c’est mon devoir de citoyen que de faire le choix d’une parole responsable plutôt que celui d’un silence coupable.

Retrouvez donc très vite la suite de mon témoignage, où je vous expliquerai pourquoi, à mon sens, la législation française sur les stupéfiants est un facteur majeur d’inégalités et de dangers.

Propos recueillis par Mélissa Perraudeau

À lire ->Témoignage : "La législation française sur la drogue, facteur majeur d'inégalités" (2/4)