En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Une élève virée définitivement de Sciences Po pour des propos antisémites

En octobre dernier, une élève publiait des propos antisémites sur une page Facebook publique. Trois mois plus tard, elle est définitivement exclue de Sciences Po.  

sciencespo

"Vous [les juifs] n’êtes à votre place nulle part dans ce monde – c’est pour ça que vous êtes des raclures, des rats et que vous êtes l’objet de discrimination où que vous soyez." C'est en ces termes violents qu'Amira, 20 ans, originaire du Koweït et étudiante en troisième année à Sciences Po Paris, s'exprimait le vendredi 23 octobre dernier sur la page publique All With Us, une organisation pro-israélienne.

Taxée de racisme par un des internautes, elle aurait alors rétorqué : "D’abord, espèce de rat dispersé, je ne suis pas une immigrée venue de France. Je viens du Koweït et mon pays peut vous acheter, vous et vos parents, et vous mettre dans des fours."  

Le site TheInglouriousBasterds.com qui propose une "mentalité combative, ironique et provocatrice face à l’antisémitisme" et qui "scalpe les nazis d’aujourd’hui" avait alors tiré la sonnette d'alarme, provoquant une grande médiatisation autour de cette publication malvenue. La jeune femme, qui devait alors être loin de s'imaginer l'ampleur qu'allait prendre ses paroles, était ainsi renvoyée de son stage au sein des services culturels de l’ambassade de France aux États-Unis avant d'être convoquée pour une sanction disciplinaire à Sciences Po Paris. Et ce n'était que le début.

Une première à Sciences Po Paris

Face à la tournure des événements, la jeune femme s'était alors excusée, expliquant que le sujet était particulièrement sensible, sa mère étant palestinienne :

"Le conflit en Palestine peut créer des sentiments contre lesquels il est parfois difficile de lutter. Et donc j'ai fait une grosse erreur. J'espère que vous allez pouvoir me pardonner."

Les excuses n'auront pas suffi... Depuis le 16 décembre, l'étudiante a été sanctionnée d'une exclusion définitive du prestigieux institut d'études politiques, nous apprend Rue89. La décision a même été affichée dans le hall du bâtiment de la rue Saint-Guillaume (Paris 7e), l'établissement justifiant ainsi la sanction : "Les propos (de la jeune femme) sont contraires aux valeurs et aux missions de Sciences Po." C'est la première fois dans l'histoire de l'école qu'une étudiante est exclue de manière définitive à la suite d'une sanction disciplinaire...

Comme quoi, mieux vaut y réfléchir à deux fois avant de publier de telles aberrations sur des pages Facebook publiques. On pense particulièrement à certains trolls qui nous exaspèrent quotidiennement par leurs propos racistes et machistes.