En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Pourrissez la vie des arnaqueurs par mail avec Re:scam, le chatbot qui rend fou

Marre de recevoir des montagnes d’arnaques dans votre boîte mail ? Re:scam vous propose de mettre un chatbot au service du trolling. Bête, méchant, mais efficace.

En allemand, le mot schadenfreude, un concept teuton parfaitement intraduisible dans nos régions, désigne spécifiquement la joie produite par le malheur de l’autre - exemple typique, voir quelqu’un s’exploser le coccyx sur une plaque de verglas juste en face de soi par un triste matin d’hiver en allant au boulot et se sentir immédiatement envahi d’une chaude allégresse. Ne cherchez pas à fuir la schadenfreude, elle est ancrée en vous, irrémédiablement - d’aucuns diraient que c’est aussi ça qui fait de nous des êtres humains, la conscience de l’importance de la vie, de sa fragilité, et du peu qui sépare un moment parfaitement banal d’une terrible humiliation. Si la plupart des êtres humains ne méritent pas qu’on ressente de la joie lorsqu’ils souffrent, il est dans notre espèce un groupe particulier qui, lui, mérite amplement que l’on prenne plaisir à le voir souffrir : j’ai nommé les escrocs par email.

Du prince nigérian bloqué par Paypal à la veuve d’un riche héritier qui vous demande cent balles pour la dépanner en Bitcoin, les histoires sont aussi farfelues et variées que les méthodes utilisées pour vous soutirer du pognon. Loin d’être cantonnée aux non-digital natives, dont la crédulité n’a d’égal que la méconnaissance des usages numériques, l’arnaque par boîte coule encore des jours tranquilles en 2017 et ne semble pas vouloir disparaître dans les limbes des pratiques numériques obsolètes, comme l’ont docilement fait la bonne vieille chaîne de mails ou les wizz. Si Google, Yahoo et les autres fournisseurs de boîtes mail se donnent de plus en plus de mal pour nous épargner d’avoir à trier les arnaques chaque matin, les arnaqueurs aussi évoluent : le 3 mai dernier, une arnaque massive de phishing (la récupération de vos identifiants de compte) au Google Doc touchait des millions d’utilisateurs.

Aussi, puisqu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, la firme de sécurité informatique néo-zélandaise Netsafe a conçu Re:scam, rapporte The Verge. Qu’est-ce que Re:scam ? Re:scam est un chatbot, un programme conçu pour vous répondre lorsque vous discutez avec lui, de la manière la plus naturelle possible. Sauf que les chatbots sont généralement extrêmement vagues, insistants, et par conséquent très énervants. Vous commencez à comprendre ? Voilà le truc : si vous recevez un email d’arnaque (scam, en VO), envoyez l’adresse de l’arnaqueur à me@rescam.org. L’adresse sera automatiquement offerte au chatbot qui commencera à bombarder le destinataire de messages totalement imprécis, via une adresse mail étrangère. Ne reste plus qu’à admirer, via les captures d’écran envoyées par Netsafe la patience de l’arnaqueur s’effriter message après message jusqu’à la crise de nerfs. Vous sentez ce picotement agréable qui vous parcourt l’épiderme ? Ouais, c’est ça, la schadenfreude.

Science, tech, culture numérique et galéjades. Internet est mon église.