En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Méditerranée

Un pont sur la Méditerranée pour aider les réfugiés à rejoindre l'Europe

Un pont entre l'Afrique et l'Europe, est-ce si utopique que cela ? Non, répondent le gouvernement autrichien et une association. Ils assurent que ce projet colossal permettrait d'endiguer les victimes des traversées clandestines. Traverser la Méditerranée à pied sec sera-t-il possible un jour ?

Projection du pont qui relierait la Tunisie à la Sicile, modélisé en 3D (Capture vidéo YouTube)

Projection du pont qui relierait la Tunisie à la Sicile, modélisé en 3D (Capture vidéo YouTube)

Rien à faire : mers, murs et fils de fer barbelé n'ont pas prouvé leur efficacité face à l'afflux de migrants qui quittent chaque jour Afrique et Moyen-Orient en quête d'Europe. Devenu un pays de transit majeur dans la crise des migrants, la Croatie a encore enregistré l'arrivée sur son sol de 65 000 migrants en une dizaine de jours, selon le ministère de l'Intérieur. Pourtant, des milliers de corps continuent de s'abîmer en mer Méditerranée, avec déjà plus de 2 000 pour la seule année 2015.

Face à ce défi humain, de nombreuses initiatives ont fleuri partout en Europe afin de réduire le nombre de victimes des flots. L'une d'entre elles ne manque pas d'ambition puisqu'elle propose de construire un pont entre Afrique et Europe – entre Tunisie et Sicile plus précisément. La construction du pont Jean Monnet débuterait en 2017 et arriverait à son terme en 2030. Ce projet pharaonique (il coûterait 230 milliards d'euros), nommé selon l'un des pères fondateurs de l'Europe, est expliqué en vidéo. Pour les moins germanophiles d'entre vous, n'oubliez pas d'activer les sous-titres :

Les fondateurs de cette initiative ne sont pas des inconnus : il s'agit du "Centre pour la beauté politique", une association concernée par le triste sort des milliers d'hommes et de femmes qui périssent lors de la traversée. Konbini vous parlait d'eux il y a trois mois, lorsqu'ils faisaient parler d'eux en donnant une sépulture digne à des dizaines de corps destinés à la fosse commune.

Mais plus notablement encore, ce projet est soutenu par Christian Konrad, coordonnateur autrichien pour les réfugiés, et le gouvernement autrichien. Militant en faveur d'une Europe accessible, on entend Christian Konrad déclarer ceci dans la vidéo :

Je voudrais prouver que notre république alpine sait se projeter au-delà de ses propres frontières et apporter un service considérable à la vision d'une Europe ouverte et charitable.

Des plateformes de secours nommées Aylan

Or, 2030 est un horizon bien lointain face à la crise migratoire d'aujourd'hui : c'est pourquoi un millier de plateformes de secours devraient être disséminées dans la mer, en parallèle de la construction du pont. C'est la raison pour laquelle le Centre pour la beauté politique a lancé une campagne de financement en ligne pour permettre l'installation de la toute première plateforme. Les acteurs de cette initiative espèrent recueillir 19 600 € en une dizaine de jours – et c'est bien parti puisqu'à l'heure où nous écrivons ces lignes, six heures ne se sont pas écoulées que le projet est déjà financé à 20%.

Baptisée "Aylan 1" (du nom du jeune syrien dont la photo avait fait le tour du monde), cet îlot de plastique, surmonté des drapeaux de l'Union européenne et de la République d'Autriche, sera garni de biens en tous genres pour assurer un salut, même précaire, à des naufragés :

"Aylan 1" est équipé de feux de navigation, de réserves de nourriture, de matériel de secours, de panneaux photovoltaïques, d'un mât, de bouées de sauvetage, d'une caméra et de deux ancres.

L'ensemble de ce projet humaniste et ambitieux se décline donc en deux temps. D'abord proposer une solution palliative aux victimes de la crise migratoire en Méditerranée, puis ériger un pont reliant les deux continents, Afrique et Europe, afin d'éviter les morts inutiles. Dans les faits, ce projet n'est en fait pas aussi irréalisable qu'il y paraît à première vue. Mais l'Europe des 28 réussira-t-elle à s'entendre sur la construction d'un pont qui relierait enfin Afrique et Europe ? Malgré les drames de l'immigration et l'urgence de la situation, rien n'est moins sûr.

Un supercontinent pour paradis

Pour l'anecdote, c'est loin d'être la première fois que quelqu'un avance l'idée d'un contact entre continents africain et européen. Dans un article récent, le magazine The Conversation raconte l'histoire d'Atlantropa, la folle entreprise d'un ingénieur allemand de l'entre-deux-guerres, Herman Sörgel. Son rêve : un supercontinent eurafricain, obtenu grâce à l'assèchement d'une petite partie de mare nostrum, divisant la mer en deux bassins distincts (l'un à l'ouest de la Sicile, l'autre à l'est).

Selon l'auteure de l'article, "témoin de la Première guerre mondiale, de la crise économique et politique des années 1920 et de la montée du nazisme, Sörgel était convaincu que seule une solution radicale aux problèmes de chômage, de surpopulation et d’une imminente crise énergétique – le pétrole saoudien n’étant pas éternel – en Europe pourrait permettre d’éviter un nouveau conflit".

Une vue d'artiste d'Atlantropa (Creative Commons)

Une vue d'artiste d'Atlantropa (Creative Commons)

Si son idée, mise en forme dès 1928, peut paraître l'œuvre d'un complet frappadingue, elle a été prise très au sérieux par de nombreux représentants de l'époque. En Europe, les idées pacifistes se font alors une bonne place et tout ce qui pourrait conserver l'équilibre entre les nations est le bienvenu. L'ingénieur propose alors la paix non pas grâce à la diplomatie, mais grâce à la technologie.

Si ce n'est de paix dont il s'agit en 2015 puisque les réfugiés ne viennent pas avec des intentions hostiles, il semble tout de même que la technologie puisse réunir nos deux continents et empêcher les êtres humains de périr lors de leur traversée.

Le projet de crowdfunding intitulé "Le Pont – Sauvons l'humanité en Europe" est à découvrir via ce lien. Pour en savoir plus, des informations sur le site du Centre pour la beauté politique.

Affreux vilain metalhead incurable, aussi rédac' chef du webzine Hear Me Lucifer.