En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Quelques trucs à savoir sur l’intelligence artificielle en 2017

Au programme : des chiffres clés sur le secteur et des exemples surprenants.

La belle Sophia-robot. (© David Levy/Flickr/CC)

L’intelligence artificielle (IA) est sur toutes les lèvres, mais bien malin celui qui saura l’appréhender. Pour nous aider à y voir un peu plus clair, des chercheurs de l’Université de Stanford, aux États-Unis, ont publié en novembre dernier un état des lieux de l’IA en 2017.

Nous avons sélectionné pour vous les informations qui nous semblaient les plus pertinentes.

Le rapport commence par quelques chiffres sur ce secteur en plein boom. Ils ne concernent que les États-Unis (qui, au coude-à-coude avec la Chine, mènent la danse).

  • En 2017, près de 600 start-up spécialisées en AI ont su convaincre les investisseurs. En 2010, il y en avait à peine 200.
  • Montant de ces investissements en 2017 : un peu plus de 3 milliards de dollars (2,5 milliards d’euros).
  • Par rapport à 2016, il y avait environ trois fois plus d’offres d’emploi dans l’IA en 2017.
  • En une décennie, le nombre de publications scientifiques (dans le monde entier cette fois-ci) a été multiplié par 9.

Le rapport analyse ensuite, point par point, les montées en compétences des IA. De manière générale et sans surprise, les IA sont bien plus fortes que les humains sur des travaux très spécialisés. En revanche, elles se dégonflent dès que les tâches changent un peu ou deviennent transversales.

Un exemple expliqué dans le rapport : quelqu’un qui a appris à parler chinois saura aussi parler de la culture chinoise ou faire des recommandations de restaurants. Pour une IA, c’est ballot, il faudra créer trois programmes différents.

Ceci dit, les IA ont accompli de formidables progrès dans quelques secteurs phares comme la reconnaissance d’images (en passant par exemple d’un taux d’erreur moyen de 28,5 % en 2010 à 2,5 % en 2017), la reconnaissance du langage, la réponse à des questions et la reconnaissance vocale.

Viennent enfin quelques exemples de prouesses réalisées par les IA en 2017 :

  • Une IA vient sérieusement concurrencer les dermatologues car elle est capable de reconnaître 2 000 cancers de la peau différents en s’étant entraînée sur un corpus de 130 000 images.
  • IBM et Microsoft ont développé une IA de reconnaissance vocale avec un taux d’erreur de seulement 5,5 %. L’année d’avant, celui-ci était à 6,9 %.
  • L’IA Libratus a battu quatre champions de poker durant une partie qui a duré près de 20 jours.
  • L’IA Maluuba, maintenant développée par Microsoft, a atteint le score maximal (990 000 points) au jeu Ms. Pac-Man de l’Atari 2600 (et apparemment, ça n’était pas du tout évident puisqu’il fallait une stratégie bien rodée).

L’IA est-elle une bulle qui va exploser ? Que se passe-t-il en Chine ? Quid des chatbots ? Pour ceux qui voudraient aller plus loin, la dernière partie du rapport donne la parole aux professionnels. Le site InternetActu en a fait un très bon résumé.

slash, tech et médias.