Protection animale : trop in love, le prince Harry ne participera pas à la chasse de Noël

shares

Pour la première fois, le prince Harry ne participera pas à la traditionnelle journée de chasse royale du 26 décembre. Il se rallie ainsi à sa fiancée Meghan Markle, très attachée à la défense des animaux.

Le prince Harry assiste à la parade de l’académie militaire de Sandhurst, le 15 décembre 2017 à Camberley (Angleterre). (© Mark Cuthbert/UK Press via Getty Images)

En ce lendemain de Noël, restons légers, avec cette info à mi-chemin entre l’environnement et le people… Le tabloïd anglais The Sun rapporte que par amour pour sa future femme, Meghan Markle, le prince Harry a bousculé ses habitudes lors du célèbre "Boxing Day" en refusant de participer à la traditionnelle chasse royale.

Si, comme son frère et son père, le prince Harry n'a jamais caché aimer la chasse, ce n’est pas le cas de sa fiancée. Le prince William et son père, le prince Charles, assisteront d’ailleurs à cette "partie" de chasse coutumière du lendemain de Noël dans le domaine de Buckingham Palace.

La protection animale fait débat au sein du couple

Une source travaillant au sein du palais confesse au magazine que cette journée a d’ailleurs toujours été un "sérieux problème" au sein du couple.

"Meghan est la garante des droits des animaux et n’aime la chasse sous aucune de ses formes. Harry adore ça, et a toujours participé à cette journée du Boxing Day. Mais si cela signifie qu’il faille mettre fin à une tradition royale de longue date pour éviter de la mettre en colère, alors cela doit se passer ainsi".

Buckingham Palace n’a pas commenté cette entorse faite à la tradition. Mais on peut déjà présumer que Meghan Markle aura du pain sur la planche si elle veut faire avancer la famille royale sur le sujet de la cruauté animale.

La tradition de la chasse est ancrée depuis des générations au sein de la famille royale qui a longtemps disposé d’une immense collection de trophées de chasse, dont de nombreux animaux sauvages (félins, éléphants ou rhinocéros…) accumulés depuis 1870. La reine avait dû s’en débarrasser en 2014 pour respecter la législation européenne.

Mais la défense des animaux pourrait devenir le cheval de bataille de la future épouse du prince Harry, qui pourrait rallier la famille royale à sa cause.