En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

La Princesse de Montpensier de Madame de Lafayette a été adapté au cinéma en 2010 par Bernard Tavernier (© Studio Canal)

Pour la première fois, une femme sera au programme du bac L

C'est difficile à croire mais oui, c'est bien la première fois que l'œuvre d'une femme sera au programme du bac littéraire.

La Princesse de Montpensier de Madame de Lafayette a été adapté au cinéma en 2010 par Bernard Tavernier (© Studio Canal)

La Princesse de Montpensier de madame de Lafayette a été adaptée au cinéma en 2010 par Bernard Tavernier (© Studio Canal)

2018. Il aura fallu attendre 2018 pour qu'une femme, une auteure, soit au programme des élèves de terminale en section littéraire. Les lycéens concernés devront se pencher l'année prochaine sur deux œuvres, Les Faux-monnayeurs d'André Gide et La Princesse de Montpensier de Madame de Lafayette – une première donc, comme l'explique Le Parisien. À noter que son adaptation cinématographique, sortie en 2010, sera également de la partie.

Si cela fait des années que les profs grondent dans leur coin, il faut pour le coup remercier Françoise Cahen, professeure de lettres d'Alfortville dans le Val-de-Marne, et sa pétition lancée en mai 2016 à ce sujet. Plus de 20 000 signatures plus tard, le texte aurait eu un impact jusqu'au gouvernement, ce qui aurait aidé à faire avancer les choses.

Il faut dire qu'on a de quoi faire, comme expliqué sur la pétition :

"Nous ne demandons pas la parité entre artistes hommes et femmes. Nous aimerions que les grandes écrivaines comme  Marguerite Duras, Mme de Lafayette, Annie Ernaux, Marguerite Yourcenar, Nathalie Sarraute, Simone de Beauvoir, George Sand, Louise Labé... soient aussi régulièrement un objet d'étude pour nos élèves."

Le Monde précise que la ministre de l'Éducation a expliqué dans un communiqué se réjouir de la nouvelle, même s'il ne s'agit pas d'un cas isolé. En effet, explique Najat Vallaud-Belkacem "à l'agrégation de lettres, seules deux femmes ont figuré au programme de littérature du Moyen Âge depuis 1981", en l'occurrence Marie de France en 1996 et Christine de Pizan cette année.