En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

La pollution tue 15 fois plus que les guerres et toutes les formes de violences réunies

Selon une nouvelle étude scientifique, la pollution tue chaque année dans le monde 9 millions de personnes. C’est trois fois plus que le sida, le paludisme et la tuberculose réunis, et 15 fois plus que les guerres et toutes les autres formes de violences.

Dans le bidonville de Dharavi, à Mumbai, en Inde. 92 % des morts prématurées attribuées à la pollution adviennent dans les pays pauvres et concernent jusqu’à une personne sur quatre dans les pays à l’industrialisation sauvage. (© Meena Kadri/Flickr/CC)

Au cas où nous aurions besoin de nouveaux chiffres pour nous rendre compte de l’ampleur du problème sanitaire, social, environnemental mais aussi économique causé par la pollution dans le monde, en voilà :

"[La pollution tue] trois fois plus que les morts combinées du sida, de la tuberculose et de la malaria et quinze fois plus que les guerres et toute forme de violence."

C’est ce qu’affirme une nouvelle étude, publiée le 19 octobre dans la prestigieuse revue médicale The Lancet et menée sur deux ans par 40 experts internationaux dans les domaines de la santé et de l’environnement. Ces derniers estiment à 9 millions le nombre annuel des morts causées par une forme de pollution – que ce soit de l’air, de l’eau, du sol ou en milieu professionnel. Cela représente un décès sur six dans le monde.

La pollution est ainsi la première cause environnementale de maladies et de décès prématurés dans le monde.

92 % des décès adviennent dans les pays pauvres

Sur ces 9 millions de décès prématurés, 6,5 millions sont attribués à la pollution de l’air, 1,8 million à la pollution de l’eau et des sols et 0,8 million au monde du travail. Ces morts sont principalement causées par des problèmes cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux (AVC), des cancers du poumon, des maladies des bronches, gastriques et intestinales ou encore des infections parasitaires, développe Le Monde qui relaye cette étude.

Ces maladies se soignent plus facilement dans les pays riches que dans les pays pauvres. Ainsi, 92 % des 9 millions de victimes de la pollution se trouvent dans des pays à bas et moyen revenus, note le quotidien. Cela conduit les auteurs de l’étude à dénoncer une véritable "injustice environnementale" qui frappe principalement les plus démunis. Dans des pays en pleine industrialisation – comme l’Inde, le Pakistan, la Chine, le Bangladesh, le Kenya ou encore Madagascar –, le taux de mortalité dû à la pollution peut même concerner jusqu’à une personne sur quatre.

Toutes ces pertes humaines ont des répercussions économiques : la mortalité imputable à la pollution représenterait ainsi un coût de 4 600 milliards de dollars (3 900 milliards d’euros) à l’économie mondiale par an, soit 6,2 % de la croissance. Et mauvaise nouvelle : les chercheurs estiment que leur bilan se situerait plutôt dans la fourchette basse, puisque de nombreuses sources de pollution, notamment les polluants chimiques, ne sont toujours pas identifiées et donc pas prises en compte dans leur étude.