En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Les policiers français enfin autorisés à porter barbe et tatouages

Un règlement datant de 1974 empêchait les agents de la paix d'arborer barbe et tatouages. Il a finalement été révisé après plus de deux ans de négociations.

CIHH

Les agents de la paix français ont enfin le droit de porter la barbe et des tatouages :  voilà qui va réjouir les policiers hypstos - enfin, si ça existe. Cette révision d'un règlement datant de 1974 a été annoncé par le syndicat Unité SGP Police- FO (Force Ouvrière) dans un communiqué du mercredi 8 juillet. "A la suite d’une forte demande du terrain", il avait lutté pendant plus de deux ans pour l'obtenir - comme le rappelle le Huffington Post.

Auparavant, le port de la barbe n'était autorisé qu'à condition que le policier présente un certificat médical prouvant qu'il en avait "besoin". Quant aux tatouages, le secrétaire national du syndicat Jean Yves Lefebvre, chargé des conditions de travail, a précisé aux Echos qu'avant que le règlement ne soit revu... :

... un chef de service laissait ou non la possibilité à ses hommes de porter des tatouages.

Or comme l'explique Lefebvre "Si on veut une police au plus près de la population, il faut s’adapter aux évolutions de la société et rénover le règlement qui date de 1974". Ayant réussi à convaincre les autorités, l'autorisation de porter barbe et tatouages a ainsi été accordée le 17 juin.

Une apparence encore encadrée

Une plus grande liberté a ainsi été offerte aux policiers concernant leur apparence, qui reste néanmoins encadrée, puisque "les tatouages ne doivent pas avoir de caractère raciste, politique, religieux, xénophobe… Quant à la barbe, elle doit être soignée et compatible avec le port d’équipements". Et dans le cas où l'agent de la paix présenterait un tatouage non permis par le règlement, il "devra le masquer durant son service, à l’aide d’un manchon par exemple", explique Yves Lfebvre aux Echos.

Qu'on le veuille ou non, le tatouage poursuit son entreprise de démocratisation sur les corps dans l'Hexagone. La dernière étude qui datait de 2010 et qui avait été conduite par l'Ifop donnait près de 10% de Français tatoués. On ne peut s'empêcher de penser, au regard du succès du Salon de Tatouage, que ce chiffre a augmenté depuis ces cinq dernières années.