En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Face aux ouragans, Tesla débride un peu la batterie de ses voitures

Une mise à jour gratuite permet aux modèles bridés de parcourir environ 65 kilomètres supplémentaires. Voilà qui sera sans doute utile à ceux qui essayent d'échapper aux ouragans.

(© Tesla)

C’est une histoire de verre vide et de verre plein, entre philanthropie et cynisme. Celle-ci concerne Tesla, le constructeur automobile spécialiste des modèles électriques et autonomes. Les voitures de demain, diront certains… à même d'affronter les enjeux de demain, comme ici les conséquences du réchauffement climatique.

À l’approche de l’ouragan Irma sur les terres américaines, le constructeur a déployé une mise à jour d’urgence sur ses modèles. L’objectif ? Rallonger la durée de vie des batteries électriques, et permettre aux usagers de pouvoir parcourir environ 65 kilomètres supplémentaires – une distance potentiellement cruciale dans un tel contexte.

L’information est rapportée par le site spécialisé Electrek, qui cite une source interne. Ce petit coup de boost confirme que les batteries sont bridées. En effet, les modèles les moins chers voient leur batterie (de 75 kWh, pour les techniciens) limitée à 80 % par le logiciel de la voiture. Normalement, les propriétaires peuvent upgrader leur véhicule pour un montant entre 4 000 et 7 500 euros (en fonction du modèle). Ici, pas besoin d’un passage au garage, la manœuvre est numérique et donc rapide comme une ouverture de mail. Au moins, les longues files pour faire le plein d'essence sont évitées.

Cette histoire prouve la générosité/bon sens de Tesla, mais elle est aussi un clair exemple de discrimination économique. Plus que de l’obsolescence programmée, c’est une preuve que le fait de brider artificiellement un produit pour créer différentes gammes est une pratique qui progresse. Georg Tacke, expert consulté par le Guardian, constate que "plus les logiciels se mêlent au matériel, plus nous sommes voués à voir ce genre de pratiques". Voulons-nous vraiment qu'au nom de l'argent une entreprise puisse limiter l'efficacité d'un produit, quitte à mettre ses utilisateurs dans une situation périlleuse ? Vous avez quatre heures, et ne pensez pas trop à vos dystopies préférées.

Cette mise à jour gratuite est disponible jusqu’au 16 septembre.

Journaliste cybertech, cyberjeux, cybertrucs de niche. Dixième dan en culture pop jap.