Contre les étiquettes de genre, Pink élève ses enfants de façon non-binaire

En accord avec les convictions qu’elle exprime dans sa musique, la chanteuse Pink laisse ses enfants libres de choisir leur identité de genre.

Pink avec sa fille Willow Sage et son compagnon Carey Hart aux MTV Video Music Awards 2017. (© Jeff Kravitz/FilmMagic via Getty Images)

Dans son dernier clip, Beautiful Trauma, extrait de son septième album, Pink endosse le rôle d’une femme au foyer des années 1950. Son triste quotidien s’illumine quand elle découvre que son mari, joué par Channing Tatum, se travestit en secret. Elle alors laisse éclater sa joie et l’aide à se maquiller avant de revêtir un costume pour danser avec lui.

Le travail de la chanteuse est ainsi marqué d’invitations à se libérer des stéréotypes de genre et de leurs injonctions sexistes, ainsi que de messages de tolérance et d’incitation à l’acceptation de soi comme des autres.

"Nous aidons les autres à changer, pour qu’ils puissent voir tous les genres de beauté"

En août dernier, elle profitait ainsi de son discours de remerciement aux VMA, où elle a reçu le MTV Video Vanguard Award pour son avant-gardisme, pour partager une conversation sur le sujet qu’elle avait eue avec sa fille. Willow Sage, âgée de six ans, lui avait un matin confié sur le chemin de l’école qu’elle "était la fille la plus moche qu’elle connaissait" et "ressemblait à un garçon avec de longs cheveux".

Pink lui avait donc fait un diaporama PowerPoint lui présentant Prince, David Bowie, Annie Lennox et Janis Joplin pour lui montrer des "rock stars androgynes" et des "artistes qui vivent leur vérité, dont on se moque probablement chaque jour de leur vie, et qui continuent et agitent leur drapeau, et inspirent le reste d’entre nous". Une façon de faire passer à sa fille comme aux spectateurs un message pour l’acceptation, invitant à ne pas se conformer aux standards de beauté sexistes.

"Ma petite fille, nous ne changeons pas. Nous prenons le caillou dans la coquille et en faisons une perle. Nous aidons les autres à changer, pour qu’ils puissent voir tous les genres de beauté."

"Un foyer affranchi des étiquettes"

Comme la chanteuse l’a expliqué au Mirror, elle applique ses principes dans son foyer avec son mari. Pink a notamment déclaré se voir comme "un garçon de 12 ans" et élever ses enfants (elle a aussi un bébé de 11 mois, Jameson) sans leur imposer d’identité de genre ou d’orientation sexuelle :

"Nous sommes un foyer affranchi des étiquettes. La semaine dernière, Willow nous a dit qu’elle allait se marier avec une femme africaine. Je lui ai répondu : 'Super, est-ce que tu peux m’apprendre à cuisiner des plats africains ?' Elle m’a dit : 'Bien sûr maman, et on va vivre avec toi le temps que notre maison soit prête.'"

La chanteuse ne veut ainsi pas que ses enfants soient définis par le genre qui leur a été assigné à la naissance, ni qu’ils souffrent des injonctions sexistes spécifiques à chaque genre. Elle a ainsi salué la mise en avant du genre neutre qu’elle a remarqué dans une école :

"Le panneau sur les toilettes devant l’école maternelle disait 'genre neutre – tout le monde', et il y avait des dessins de formes variées. J’ai pris une photo du panneau et j’ai écrit dessus 'le progrès'. Je me suis dit que c’était génial. C’est tellement génial que les enfants aient cette discussion."

L’engagement personnel comme artistique de Pink continue d’être salué par un public toujours plus nombreux : son album Beautiful Trauma bat ainsi des records de vente.