En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Ces anciens ouvriers pour Zara, Mango et Next lancent une pétition pour obtenir des mois de salaires non payés

Révoltés, des ex-ouvriers du groupe Inditex s'allient pour signer une pétition en ligne, afin de réclamer le salaire que leur doivent les marques Zara, Mango et Next.

Le 3 novembre dernier, des acheteurs ont retrouvé des messages des travailleurs turcs sur les étiquettes des vêtements Zara, à Istanbul. Ces messages déconcertants déclaraient : "J’ai fait ce produit que vous allez acheter, mais je n’ai pas été payé pour."

Associated Press venait préciser que lesdits travailleurs étaient des employés du fabricant Bravo Tekstil, qui a fermé son entreprise du jour au lendemain. Effectivement, le patron serait parti avec la caisse au mois de juillet 2016, sans payer ses employés, tel que le rapportent les Inrocks. Pire, avant même d'avoir pris la fuite, les ouvriers étaient privés de leur salaire depuis déjà plusieurs mois. C'est donc cette situation révoltante et injuste qui a poussé les employés à dissimuler ces S.O.S dans les vêtements Zara. Mais leur colère ne s'arrête pas là.

En effet, si leur action a fait le tour des médias, leur détresse a été appuyée par une pétition en ligne afin d'inciter le public à soutenir leurs réclamations. Ladite pétition a été signée par 140 employés du groupe Inditex, qui inclut des marques telles que Zara, Mango et Next. Ces derniers exigent le paiement de leur salaire par les trois marques citées, qui toutes, produisaient au sein de Bravo Tekstil, tel que le rapporte Fast Company.

Un combat qui devrait bientôt prendre fin

Effectivement, si cela peut paraître inimaginable, c'est pourtant véridique : le patron s'est bel et bien enfui avec leurs salaires. Depuis, les travailleurs luttent pour récupérer leur dû, en vain. À ce jour, leur demande a été formellement refusée par les trois marques européennes qui ont seulement accepté de leur verser un montant inférieur de plus de 50 % aux sommes demandées, tel que l'annoncent les Inrocks.

Le magazine vient préciser que pour payer les anciens ouvriers, Bravo Tekstil devrait regrouper 2 739 281,30 liras turcs, ce qui équivaut à 600 000 euros, soit 0,01 % du résultat des ventes du premier trimestre 2017 du groupe Inditex. "Le groupe industriel qui détient Zara, a réalisé un chiffre d'affaires de 23,3 milliards d'euros et un bénéfice net de 3,16 milliards d'euros", déclarent les Inrocks.

Des chiffres qui ne font que souligner l'hypocrisie dont le groupe Inditex fait preuve depuis que le scandale a éclaté. Une situation honteuse, qui, on l'espère, sera bientôt résolue. En attendant, les 140 signataires et les associations qui les appuient ont eu raison de se battre car leur pétition regroupe, à ce jour, près de 175 000 signatures, un chiffre qui permettra aux concernés de poursuivre leur requête avec des mesures plus importantes. Pour plus d'infos, c'est par ici.

À lire -> "Je n’ai pas été payé" : les S.O.S. cachés par des ouvriers turcs dans des vêtements Zara