En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Pékin va remplacer tous ses taxis par des véhicules électriques dès cette année

Pour faire face à la pollution de l'air, la capitale chinoise va remplacer tous ses taxis à essence par de nouveaux véhicules électriques dans les mois à venir. 

3234457695_708fd10b9a_b

La pollution atmosphérique est devenue l'une des principales préoccupations des Pékinois. (Michael Chu/Flickr/CC)

À situations extrêmes, réponses extrêmes. Entre alertes rouges, smog constant et milliers de morts chaque jour, la Chine est prise dans l'étau de la pollution. Une situation sanitaire déplorable qui fait monter la grogne des habitants qui évoluent dans un brouillard permanent. Le pays a donc décidé d'agir rapidement pour trouver des solutions. La dernière en date : remplacer l'intégralité du parc des taxis à essence de la capitale par des véhicules électriques. Environ 70 000 voitures sont concernées, ce qui représente un investissement de 9 milliards de yuans, soit 1,2 milliard d'euros. Un coût certes élevé, mais on n'a rien sans rien...

Pour les autorités, un tel programme permettrait à la fois d'agir en faveur de l'environnement, en réduisant l'empreinte carbone de la ville, mais aussi de booster l'économie du pays grâce à l'essor d'une nouvelle génération de véhicules. Si l'idée est bonne, elle comprend néanmoins quelques inconvénients. À commencer par le prix des véhicules électriques, presque deux fois plus élevé que celui des véhicules classiques. Sans oublier les bornes sur lesquelles les voitures devront recharger leur batterie : "Quand, en 2014, Pékin avait ajouté quelque 200 taxis électriques sur ses routes, les conducteurs s’étaient vite plaints de queues interminables – jusqu’à six heures – aux bornes de rechargements", rappelle Mashable.

Il tient donc à Pékin de mettre en place son nouveau projet en faveur d'une meilleure qualité de l'air en prenant en compte l'ensemble des éléments que cela implique en termes d'infrastructures. Quant à l'investissement financier de cette politique publique, cela devrait être bénéfique sur le long terme. En effet, la pollution tue en moyenne 1,6 million de personnes dans le pays chaque année.

À lire -> Pour la première fois, la Chine instaure une taxe sur la pollution industrielle